Batailles de la Seconde Guerre mondiale

Batailles de la Seconde Guerre mondiale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Batailles importantes de la Seconde Guerre mondiale
Batailles et offensives de la Seconde Guerre mondialeDate
L'armée allemande envahit la Pologne.1er septembre 1939
L'Armée rouge envahit la Finlande.30 novembre 1939
L'armée allemande envahit le Danemark.8 avril 1940
L'armée allemande envahit la Norvège.8 avril 1940
Adolf Hitler lance son offensive occidentale.10 mai 1940
L'évacuation de Dunkerque commence.27 mai 1940
Début de la bataille d'Angleterre.10 juillet 1940
Point culminant de la bataille d'Angleterre.30 août 1940
Début du Blitz.7 septembre 1940
Rodolfo Graziani et l'armée italienne font une avance rapide en Egypte.13 septembre 1940
Adolf Hitler reporte l'opération Sealion.17 septembre 1940
L'armée britannique capture Tobrouk.22 janvier 1941
Erwin Rommel monte sa première attaque dans la guerre du désert.24 mars 1941
L'opération Punition touche à sa fin.22 juin 1941
Adolf Hitler lance l'opération Barbarossa.22 juin 1941
L'armée allemande avance sur Leningrad.12 août 1941
L'armée allemande avance sur Moscou.6 octobre 1941
Les forces japonaises attaquent la flotte américaine à Pearl Harbor.7 décembre 1941
Les troupes japonaises ont envahi la Malaisie, la Thaïlande, l'île de Batann aux Philippines.8 décembre 1941
Les troupes japonaises envahissent la Birmanie.11 décembre 1941
Hong Kong se rend avec la perte de sa garnison de 12.000.25 décembre 1941
Les troupes japonaises débarquent au nord-ouest de Singapour8 février 1941
Le général Arthur Percival rend Singapour aux Japonais.15 février 1942
Le général Douglas MacArthur et les forces américaines quittent les Philippines22 février 1942
Raid allié sur St Nazaire.27 mars 1942
Le maréchal de l'air Arthur Harris ordonne le bombardement de Cologne.30 mai 1942
Début de la bataille de Midway.4 juin 1942
Erwin Rommel bat Neil Richie à Gazala.14 juin 1942
Erwin Rommel et l'armée allemande capturent Tobrouk.21 juin 1942
Débarquement allié à Guadalcanal.7 août 1942
Raid allié sur Dieppe.14 août 1942
L'armée allemande entre à Stalingrad.24 août 1942
Erwin Rommel attaque la Huitième armée à Alam el Halfa.30 août 1942
Bernard Montgomery ordonne la contre-attaque à El Alamein.23 octobre 1942
Le Wing Commander Guy Gibson dirige le raid Dambusters.16 mai 1943
L'armée allemande vaincue à El Alamein.4 novembre 1942
L'armée britannique reprend Tobrouk.13 novembre 1942
Les Alliés prennent Tripoli.23 janvier 1943
Le maréchal de l'air Arthur Harris ordonne le bombardement de Hambourg.24 juillet 1943
Les forces alliées bombardent le monastère de Monte Cassino.15 février 1944
Bombardement allié du raid de Nuremberg.30 mars 1944
Les forces de l'Axe rendent la Tunisie.11 mai 1943
Le deuxième front s'ouvre avec le débarquement allié en Normandie.6 juin 1944
L'armée allemande écrase l'insurrection de Varsovie.2 octobre 1944
Le général Walter Krueger et la 6e armée américaine débarquent à Leyte.20 octobre 1944
Les forces américaines retournent aux Philippines à Luzon15 décembre 1945
Début de l'opération Ten-Go.2 février 1945
Le maréchal de l'air Arthur Harris ordonne le bombardement de Dresde.13 février 1945
L'armée des États-Unis atterrit sur Iwo Jima.19 février 1945
L'armée de l'air des États-Unis crée une tempête de feu à Tokyo.9 mars 1945
L'armée des États-Unis débarque à Okinawa.1er avril 1945
Une attaque kamikaze de 700 avions coule et endommage 13 destroyers américains.6 avril 1945
Le cuirassé géant japonais Yamato coulé au large d'Okinawa.7 avril 1945
Fin de la bataille de l'Atlantique.7 mai 1945
L'armée de l'air américaine largue une bombe atomique sur Hiroshima.6 août 1945
L'armée de l'air des États-Unis largue une bombe atomique sur Nagasaki.9 août 1945

Deuxième bataille d'El Alamein

Les Deuxième bataille d'El Alamein (23 octobre – 11 novembre 1942) était une bataille de la Seconde Guerre mondiale qui s'est déroulée près de la halte ferroviaire égyptienne d'El Alamein. La première bataille d'El Alamein et la bataille d'Alam el Halfa avaient empêché l'Axe d'avancer plus loin en Égypte.

En août 1942, le général Claude Auchinleck avait été relevé de ses fonctions de commandant en chef du Commandement du Moyen-Orient et son successeur, le lieutenant-général William Gott avait été tué alors qu'il était en route pour le remplacer en tant que commandant de la 8e armée. Le lieutenant-général Bernard Montgomery est nommé et dirige l'offensive de la 8e armée.

La victoire des Alliés marqua le début de la fin de la campagne du désert occidental, éliminant la menace de l'Axe contre l'Égypte, le canal de Suez et les champs pétrolifères du Moyen-Orient et de la Perse. La bataille a ravivé le moral des Alliés, étant le premier grand succès contre l'Axe depuis l'opération Crusader à la fin de 1941. La bataille a coïncidé avec l'invasion alliée de l'Afrique du Nord française dans l'opération Torch le 8 novembre, la bataille de Stalingrad et la campagne de Guadalcanal. .


Bataille de l'Atlantique : du 3 septembre 1939 au 8 mai 1945

La plus longue campagne continue de la Seconde Guerre mondiale a lieu, les Alliés frappant un blocus naval contre l'Allemagne et déclenchant une lutte pour le contrôle des routes maritimes de l'océan Atlantique. L'Axe, avec ses sous-marins, répond par un contre-blocus qui est d'abord réussi, mais l'utilisation par les Alliés de convois, d'avions et de technologies finit par renverser la vapeur. En cinq ans, des milliers de navires se livrent à plus de 100 batailles dans l'océan Atlantique et font environ 100 000 morts.

Photos : les images qui ont défini la Seconde Guerre mondiale


Bataille des Ardennes (décembre 1944 – janvier 1945)

La bataille des Ardennes, ou contre-offensive des Ardennes, s'est déroulée du 16 décembre 1944 au 25 janvier 1945. Selon le rapport du Musée national de la Seconde Guerre mondiale, près d'un million de soldats des camps ennemis ont été tués. Cela reste la bataille la plus importante et la plus sanglante que les États-Unis aient menée, car environ 80 000 soldats ont été capturés, mutilés ou tués. À ce stade, Hitler semblait vaincu et était un fugitif. Mais il jugea que c'était le moment idéal pour lancer une contre-attaque contre les forces alliées. Cela a été mené par Marshalls Walther Model et Gerd von Rundstedt sur un rayon dense de la forêt des Ardennes de 75 milles. L'attaque a été lancée le 16 décembre, avec près de 1 000 chars et 250 000 soldats allemands.

Les Allemands affrontent des troupes américaines blessées et fatiguées qui se reposent. Dès le premier jour, les Allemands ont percé, encerclé la division d'infanterie américaine, capturé les routes principales et se sont dirigés vers la Meuse. Ils se sont déguisés en uniforme américain et ont massacré les soldats alliés. Le 25 décembre, ils s'étaient déplacés de 80 kilomètres en territoire ennemi et avaient forcé le commandant des forces alliées, le général Dwight, à envoyer des renforts.

Environ 500 000 jeunes soldats ont été envoyés à la guerre, combattant dans des forêts avec des températures extrêmement froides et une mauvaise visibilité. Beaucoup ont subi des gelures, tandis que la majorité des soldats blessés sont morts de froid. Leur victoire fut de courte durée, car une attaque de représailles de l'unité de l'armée américaine contrôlée par le général Patton attaqua les flancs allemands. Peu de temps après, le temps s'est amélioré et des frappes aériennes des Alliés ont été lancées. Quelques jours après des attaques incessantes, la troisième armée de Patton s'empara de Bastogne, tandis que la deuxième division empêcha les chars allemands de s'approcher de la Meuse. Le 1er janvier 1945 a marqué l'effort final de l'Allemagne pour remporter la contre-offensive des Ardennes, alors qu'elle lançait l'opération Bodenplatte. Pour exécuter le plan, ils ont assemblé 1 000 avions allemands pour attaquer l'aérodrome ennemi. La Luftwaffe a réussi à détruire une centaine d'avions de guerre alliés mais a subi des pertes irremplaçables. Avec cela, les Allemands étaient de retour à la case départ.


7. Deuxième bataille de Kharkov, mai 1942

La deuxième bataille de Kharkov a eu lieu du 12 au 28 mai 1942. Il s'agissait d'une contre-offensive de l'Axe dans la région autour de Kharkov contre l'Armée rouge sur le front de l'Est. L'objectif de l'offensive était d'éliminer la tête de pont d'Izium au-dessus de Seversky Donets ou le « renflement de Barvenkovo », une zone connue pour avoir organisé des offensives soviétiques. Après la bataille de Moscou, qui a chassé les forces allemandes de la capitale soviétique, l'offensive de Kharkov était une nouvelle tentative du côté soviétique d'étendre leur initiative stratégique.

Le 12 mai 1942, sous le commandement du maréchal Semyon Timochenko, les forces soviétiques attaquent la 6e armée allemande à partir d'un saillant établi lors des contre-attaques hivernales. Cette offensive a encore épuisé les réserves de l'Armée rouge et n'a pas réussi à obtenir un élément de surprise important. Initialement, il y avait des signes prometteurs pour l'Armée rouge, mais les offensives ont été stoppées par les contre-attaques allemandes. Joseph Staline et plusieurs officiers d'état-major ont commis des erreurs critiques en sous-estimant le potentiel de la 6e armée et en surestimant leurs propres forces. Cela a coupé les troupes soviétiques qui avançaient du reste du front. La bataille a fait près de 300 000 victimes du côté soviétique et 20 000 pour les Allemands et leurs alliés.


20. La plus longue bataille sur le sol allemand pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la plus longue bataille de l'histoire de l'armée américaine, la bataille de la forêt Hürtgen a été éclipsée par la bataille des Ardennes malgré sa longévité et son importance stratégique

Combattue avec l'intention des commandants alliés de coincer les forces allemandes dans les environs et de les empêcher de renforcer leurs camarades assiégés engagés dans la bataille d'Aix-la-Chapelle au nord, la bataille de la forêt Hürtgen s'est déroulée entre le 19 septembre et le 16 décembre 1944. Menée sur une zone de 140 kilomètres carrés de forêt dense et de terrain marécageux, située à environ 5 kilomètres à l'est de la frontière belgo-allemande, la bataille, conçue par les Alliés pour n'être qu'une brève distraction, s'est transformée en la plus longue bataille à livrer sur l'Allemagne sol pendant tout le conflit.

Possédant une importance stratégique pour les Allemands, la zone servirait de zone de rassemblement vitale pour l'offensive d'hiver de 1944 (plus tard connue sous le nom de bataille des Ardennes). Par conséquent, commandées par le Generalfeldmarschall Walter Model, les forces allemandes ont lutté agressivement pour maintenir une emprise sur la région. Culminant à une victoire défensive des Allemands, les forces offensives américaines ont subi 33 000 pertes à un taux de vingt-cinq pour cent. Pendant ce temps, les Allemands, bien que subissant eux-mêmes de lourdes pertes, réussirent à freiner l'avance alliée et, pendant un certain temps, purent même lancer une contre-offensive impliquant près de trente divisions et presque reprendre l'importante ville de Bastogne.


Top 10 des batailles les plus sanglantes et les plus coûteuses de la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale, le plus grand conflit armé de l'histoire, a commencé en 1939 et s'est terminée en 1945 et a couvert le monde entier avec ses batailles. Avec les nouvelles technologies et les nouvelles armes, la Seconde Guerre mondiale a fait environ 60 millions de morts. Ce qui suit est un récit des dix batailles les plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale.

La Seconde Guerre mondiale, le plus grand conflit armé de l'histoire, a commencé en 1939 et s'est terminée en 1945 et a couvert le monde entier avec ses batailles. Avec les nouvelles technologies et les nouvelles armes, la Seconde Guerre mondiale a fait environ 60 millions de morts. Ce qui suit est un récit des dix batailles les plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale.

Le saviez-vous?

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont largué environ 3,4 millions de tonnes de bombes, soit une moyenne d'environ 27 700 tonnes de bombes par mois.

L'origine de la Seconde Guerre mondiale remonte à l'instabilité et aux conflits créés par la Première Guerre mondiale. La Seconde Guerre mondiale a éclaté deux décennies plus tard et a opposé deux groupes de pays. D'un côté, c'étaient les puissances de l'Axe, dont l'Allemagne, l'Italie et le Japon, et de l'autre les Alliés, dont la France, la Grande-Bretagne, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Union soviétique, le Canada, l'Inde, la Chine et les États-Unis d'Amérique. .

La Seconde Guerre mondiale a commencé le 1er septembre 1939 avec l'invasion de la Pologne par l'Allemagne nazie. La guerre a continué pendant six ans et s'est finalement terminée le 2 septembre 1945 avec la capitulation officielle du Japon. La guerre a eu lieu en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Le conflit a fait de nombreuses victimes et détruit des villes et des pays du monde entier par rapport aux guerres précédentes.

10 batailles les plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a vu les batailles les plus sanglantes de l'histoire de l'humanité créant un océan de sang. Pratiquement, le monde entier était en état de guerre et a fait environ 60 millions de morts et d'innombrables vies détruites. Enrôlé dans cet article Historyplex sont les dix batailles les plus sanglantes combattues pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bataille de Stalingrad

Se sont battus entre : l'Allemagne et l'Union soviétique

Durée de la bataille : 23 août 1942 – 2 février 1943

La bataille de Stalingrad a été menée entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique pour acquérir Stalingrad. La bataille a été une poussée majeure sur le front de l'Est par l'Allemagne, qui a marqué des pertes terribles, ce qui en fait la bataille la plus sanglante de tous les temps. Stalingrad, étant une plaque tournante des transports, était une porte d'entrée vers la région du Caucase, qui disposait de réserves de pétrole. Les Allemands ont attaqué la Luftwaffe par une série de bombardements qui ont détruit Stalingrad. Ceci, cependant, a fait place à un paysage inutile. L'Allemagne s'attendait à une victoire facile, mais ils ont été retenus dans un combat brutal de maison en maison avec les Soviétiques. Ils contrôlaient plus de 90 % de la ville, mais ils ne pouvaient pas se débarrasser de certains soldats soviétiques têtus.

En novembre 1942, l'Armée rouge attaqua les forces allemandes, les encerclant de tous côtés. Cependant, Hitler a essayé de retenir les forces allemandes de faire une retraite. Dans le même temps, le froid intense et la famine faisaient des ravages sur les Allemands. En février 1943, lorsque les soldats allemands ne pouvaient pas se libérer, l'Union soviétique gagna la bataille, les deux camps subissant d'énormes pertes. Cette bataille a entraîné la mort et la capture de plus d'un quart de million de soldats allemands, et la région du Caucase avec de riches réserves de pétrole a été refusée aux nazis.

Bataille de Berlin

Se sont battus entre : l'Allemagne et l'Union soviétique

Durée de la bataille : 16 avril 1945 – 2 mai 1945

La bataille de Berlin a entraîné la fin de la Seconde Guerre mondiale. La dernière grande bataille a fait de nombreuses victimes et a vu la chute de l'Allemagne ainsi que le suicide d'Hitler et de ses partisans. L'armée soviétique a atteint la rivière Oder en se frayant un chemin à travers la Pologne, où elle était plus nombreuse que les soldats allemands en termes d'hommes et de munitions. Au moment où les soldats soviétiques ont fait leur entrée à Berlin, les Allemands n'avaient d'autre choix que d'envoyer des jeunes inexpérimentés, des personnes âgées et des partisans d'Hitler pour affronter les Russes. Même si les Allemands avaient perdu tout avantage, Hitler planifiait encore lui-même la défense de la ville en faisant confiance à la 12e armée allemande qui s'était retirée du front occidental.

Les Allemands qui ont combattu ont reçu des armes antichars et ont utilisé des tactiques de délit de fuite pour maîtriser les chars russes. Plus de 2 millions d'obus d'artillerie ont été tirés à Berlin, à cause desquels les vastes chars russes avaient peu de valeur dans les rues remplies de débris. Les Soviétiques détruisaient un bâtiment entier s'ils étaient attaqués de l'intérieur ou de l'extérieur du bâtiment. La dévastation était trop lourde à supporter et finalement, en mai 1945, la ville de Berlin se rendit aux Russes, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale en Europe. L'Allemagne a concédé sa défaite sans aucune condition.

Bataille de Moscou

Se sont battus entre : l'Allemagne nazie et l'Union soviétique

Durée de la bataille : 2 octobre 1941 – 7 janvier 1942

La capitale, Moscou a toujours été considérée comme un centre important, à la fois politiquement et militairement. L'Allemagne croyait que la capture de Moscou écraserait l'esprit de l'Armée rouge et que Moscou serait à la merci de l'Allemagne. Les forces allemandes lui donnèrent le nom de code Opération Typhon et a planifié deux offensives. L'un était au nord de Moscou contre le front Kalinine, tandis que l'autre était au sud de l'oblast de Moscou. Plus d'un million d'hommes ont été affectés à l'opération. La 2e, la 4e et la 9e armée ainsi que les trois groupes Panzer – 2e, 3e et 4e – ont été engagés pour la bataille. Ils étaient également soutenus par la Luftflotte 2 de la Luftwaffe (Air Fleet 2). Les premières étapes de l'opération Barbarossa ont apporté un énorme succès aux nazis et des calamités aux Russes. L'Allemagne était au bord du succès - environ 28 divisions russes sont tombées en panne tandis que 70 autres divisions ont perdu la moitié de leurs hommes, y compris l'équipement.

Cependant, les rêves d'Hitler ont été brisés car ils ont dû faire face à une résistance féroce et stratégique de la Russie. Les températures hivernales rigoureuses ont rendu impossible la conquête de Moscou par l'Allemagne. Après des semaines de conditions climatiques difficiles, l'Armée rouge contre-attaque et oblige les forces allemandes à se retirer à plus de cent milles de Moscou. Même après que la Russie ait remporté la bataille, les deux parties ont été confrontées à une énorme dévastation et à des pertes humaines. Avant de planifier cette bataille, de nombreux responsables allemands avaient mis en garde Hitler contre les hivers rigoureux et lui ont rappelé la retraite de Napoléon, mais tout s'est déroulé en vain.

Bataille de Narva

Se sont battus entre : l'Allemagne et l'Union soviétique

Durée de la bataille : 2 février 1944 – 10 août 1944

Le pays estonien de l'isthme de Narva était un territoire précieux pour les forces armées soviétiques, et les deux parties (Allemands et Russes) étaient coincées dans une bataille acharnée pour s'en emparer. La bataille intense s'est poursuivie pendant quelques mois et s'est finalement terminée lorsque Hitler a évacué toutes ses troupes d'Estonie. La principale raison derrière cette bataille était que Joseph Staline de l'Union soviétique voulait que la région de Narva crée une base aérienne, afin qu'il puisse planifier l'invasion de la Prusse, ce qui n'a pas été réalisé.

La bataille a eu lieu dans la partie nord du front oriental, qui était divisée en deux phases : la bataille de Narva Bridgehead et la bataille de la ligne Tannenberg. Les Estoniens ont aidé les forces allemandes dans leur mouvement de résistance avec l'espoir de créer une armée nationale et de rendre leur pays indépendant. La bataille de Narva est connue parmi les batailles intenses de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir combattu pendant plusieurs mois et subi de terribles pertes, Hitler évacua toutes ses troupes d'Estonie. Après la victoire défensive des Allemands, Narva a été déclarée nation libre jusqu'à ce que l'Union soviétique prenne le contrôle du territoire après la fin de la guerre.

Bataille de France

Se sont battus entre : France, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Canada, Pologne contre Allemagne et Italie

Durée de la bataille : 10 mai 1940 – 25 juin 1940

Également appelée la chute de la France, cette bataille a mis en valeur l'invasion réussie des Allemands en France et dans les Pays-Bas. Après l'invasion réussie de la Pologne, Hitler avait ses intérêts envers l'Occident. Son objectif principal était d'envahir l'Union soviétique, il a donc commencé par faire de petits pas, en battant les pays bas, comme les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France. La bataille de France a eu lieu au début de la guerre mondiale, alors qu'aucune des deux parties n'était incroyablement sérieuse en termes d'actions militaires. Lorsque la bataille a commencé, l'Allemagne était dépassée en nombre par les forces alliées, cependant, les plans allemands étaient si efficaces que le nombre n'a créé aucun changement.

Une fois que l'Allemagne a pris le contrôle des Pays-Bas, ils ont dû affronter de front les armées française et britannique. La première opération s'appelait Fall Gelb (Case Yellow). En cela, les unités allemandes se frayèrent un chemin à travers les Ardennes et encerclèrent les unités alliées qui étaient entrées en Belgique. Les forces britanniques et françaises étant obligées de repousser vers la mer, la Force expéditionnaire britannique se retire. Cela a été suivi par la deuxième opération de l'Allemagne appelée Fall Rot (Case Red) dans laquelle les Allemands ont maîtrisé les forces françaises épuisées. Au cours de la bataille de France, les forces françaises et britanniques ont été évacuées et, par conséquent, les régions de l'ouest et du nord de la France ont été déclarées zones occupées par les Allemands. Après la bataille, l'Allemagne était libre de planifier des stratégies d'élimination contre la Grande-Bretagne.

Bataille de Koursk

Se sont battus entre : l'Allemagne et l'Union soviétique

Durée de la bataille : Offensive allemande : 5-16 juillet 1943 Offensive soviétique : 12 juillet 1943 – 23 août 1943

La bataille de Koursk a eu lieu juste après la bataille de Stalingrad, qui a enregistré la plus grande série d'affrontements de chars de toute la guerre. Cette bataille a également vu le jour de conflit aérien le plus coûteux de l'histoire de la guerre. Il se composait de plus de 6 000 chars et 4 000 avions avec environ deux millions de combattants. La guerre était en fait une tentative des forces allemandes de passer à l'offensive après leur terrible perte lors de la bataille de Stalingrad. Les forces allemandes l'ont nommée “Opération Citadelle”, tandis que l'Union Soviétique l'a nommée “Opération Polkovodets Rumjantsev” (pour l'offensive) et “Opération Kutuzov” (pour la défensive).

Les forces allemandes avaient des plans stratégiques pour faire exploser l'Armée rouge, mais attendaient l'arrivée de leurs nouvelles armes. Pendant ce temps, l'Armée rouge a eu plus de temps pour se préparer à la bataille et a contre-attaqué avec ses défenses antichars profondes, anéantissant les forces allemandes. C'était la première fois pour les forces allemandes que leurs offensives stratégiques devaient être arrêtées et détruites avant même qu'elles ne puissent la percer.

Bataille de Luçon

Se sont battus entre les États-Unis et les Philippines contre Japon

Durée de la bataille : 9 janvier 1945 – 15 août 1945

La bataille de Luzon a été menée par les forces alliées des États-Unis, des Philippines et du Mexique contre le Japon dans le cadre du théâtre d'opérations du Pacifique, où les États-Unis et les Philippins ont remporté la victoire. La capture des Philippines depuis le Japon était d'une grande importance, car cela aurait pu créer une menace pour les États-Unis. Lorsque la bataille a commencé, l'avion américain a attaqué le sud de Luzon avec l'intention de tromper les forces japonaises en leur disant que l'attaque serait du côté sud. Cependant, le général japonais Yamashita avait déjà construit des positions défensives dans le nord de Luzon.

Les forces de débarquement des Alliés ont dû faire face à une vive opposition de la part des avions japonais Kamikaze. Quelques mois après le début de la bataille, les Alliés avaient déjà pris le contrôle de grandes parties de Luzon, mais ont dû se battre avec de petites troupes du Japon jusqu'à la capitulation inconditionnelle de l'empire japonais. Dans cette bataille, le Japon a dû faire face à trop de pertes que celle des forces alliées.

Deuxième bataille de Kharkov

Se sont battus entre : l'Allemagne, la Roumanie et l'Italie contre L'Union Soviétique

Durée de la bataille : 12 mai 1942 – 28 mai 1942

Kharkov était un emplacement central sur le front de l'Est, et la ville avait connu une série de combats lorsqu'elle avait été capturée par les Allemands. Lorsque l'Armée rouge a attaqué Kharkov, elle a malheureusement dû faire face à une violente attaque de retour de la 6e armée allemande. La bataille a commencé avec l'attaque soudaine des forces soviétiques depuis le renflement de Barvenkovo ​​(zone de rassemblement offensive de l'Union soviétique) dans la région voisine de Kharkov.

Les forces soviétiques ont sous-estimé le potentiel de la 6e armée allemande sous le commandement du maréchal Friedrich Paulus. Au cours des trois premiers jours, l'Armée rouge a repoussé les Allemands de Moscou, mais plus tard, ils ont été encerclés et détruits avec un grand nombre de victimes. La victoire de Kharkov a gonflé la confiance des Allemands dans une large mesure.

Bataille des Ardennes

Se sont battus entre : la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les États-Unis et le Canada contre Allemagne

Durée de la bataille : 16 décembre 1944 – 25 janvier 1945

Avec la détérioration de la situation sur le front occidental, Hitler a décidé d'élaborer un plan qui comprendra une attaque de type Blitzkrieg, afin d'atteindre son objectif ultime de contraindre les États-Unis et la Grande-Bretagne à signer des traités de paix séparés. Si cet objectif était atteint, les forces allemandes pourraient se concentrer sur la conquête de l'Union soviétique. Cette bataille fut la dernière attaque massive lancée par l'Allemagne nazie contre les Alliés. La bataille avait été planifiée dans l'intention de briser l'alliance de la France, des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Le nom ‘Bulge’ a été donné par la Grande-Bretagne, en raison du renflement sur la carte où la ligne alliée a été brisée par les forces allemandes.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes ont lancé une attaque offensive à travers les forêts de la région des Ardennes en Belgique, en France et au Luxembourg sur le front occidental. Les troupes alliées sont complètement prises au dépourvu par l'attaque allemande. Une bataille féroce s'ensuit au cours de laquelle les forces alliées opposent une résistance autour de la crête d'Elsenborn (au nord) et autour de Bastogne (au sud), bloquant l'accès aux routes nord-ouest et nord pour les troupes allemandes, dont elles dépendaient pour leur victoire. Cela a retardé les troupes allemandes d'avancer davantage. De plus, avec l'amélioration des conditions météorologiques, les forces alliées ont lancé des attaques aériennes contre les Allemands, ce qui a conduit à la chute de l'offensive allemande. Cette bataille a été l'une des plus grandes batailles de l'histoire de la guerre américaine avec beaucoup de sang.

Bataille de Monte Cassino

Combat entre : Forces françaises libres, Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Pologne, Nouvelle-Zélande, Inde et armée royaliste italienne contre Allemagne et République sociale italienne

Durée de la bataille : 17 janvier 1944 – 18 mai 1944

La bataille de Monte Cassino est connue comme l'une des batailles les plus difficiles à livrer au cours de la Seconde Guerre mondiale. La principale raison de cette guerre était de briser la ligne Gustav des Allemands et de capturer Rome. Le monastère de Monte Cassino, vieux de 1 400 ans, qui se trouvait au centre de la ligne défensive des Allemands, a fait quatre divisions de batailles et a eu lieu au mois de janvier, février, mars et s'est finalement terminé en mai.

Les forces alliées ont dû faire face à de nombreux obstacles pour s'emparer de Rome car il n'y avait que deux routes menant vers la ville via Appia et Casilina, qui avaient des forces allemandes imprenables. À la fin de la bataille, les Alliés ont pris le contrôle de la ville de Rome mais ont dû payer un prix assez élevé en termes de pertes.

* Le nombre de victimes est un chiffre approximatif.

La Seconde Guerre mondiale s'est avérée être la guerre la plus dévastatrice, faisant des millions de morts. L'alignement politique a été modifié et pour éviter de nouveaux conflits, les Nations Unies (ONU) ont été créées.


Top 10 des batailles de la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a été le conflit le plus sanglant de l'histoire de l'humanité. Le monde était dans un état de « guerre totale ». Motivés par la menace d'une tyrannie mondiale, les Alliés ont fini par l'emporter, mais cette victoire a été marquée par des batailles gagnées et perdues. Cette liste se penche sur dix batailles qui ont changé de manière décisive le cours de la guerre. Les batailles sont classées en fonction de l'enjeu et de l'effet qu'elles ont eu sur la guerre dans son ensemble.

Après la conquête allemande de la Pologne en septembre 1939, Hitler tourna son attention vers l'ouest. Son objectif ultime était d'envahir l'Union soviétique, mais il savait que la défaite des nations d'Europe occidentale était une nécessité pour éviter une guerre sur deux fronts. La première étape fut d'envahir les Pays-Bas (Pays-Bas, Luxembourg et Belgique) et la France. En théorie, l'Allemagne pourrait alors conquérir la Grande-Bretagne, se redéployer à l'Est et mener une guerre sur un seul front contre les Russes.

L'armée allemande était en fait dépassée en nombre par les Alliés. Cependant, le jeu des nombres n'avait pas d'importance parce que le plan allemand était si efficace. Une fois que les Allemands ont envahi les Pays-Bas, l'armée française et le Corps expéditionnaire britannique (BEF) se sont déplacés vers le nord pour affronter les Allemands de front. Cela a permis au groupe d'armées allemand A de percer les défenses alliées dans les Ardennes et d'avancer vers la Manche, les piégeant efficacement le dos contre la mer. Une nouvelle offensive est lancée contre Paris, la France tombe et le BEF est évacué à Dunkerque. Le pays était divisé en zones d'occupation allemandes et Vichy France. L'Allemagne était alors libre de se concentrer sur l'élimination de la Grande-Bretagne de la guerre.

À l'été 1944, l'Armée rouge était aux portes de l'Allemagne. Il ne fait aucun doute que les Russes auraient pu vaincre à eux seuls l'Allemagne nazie (d'où ce classement au neuvième rang), mais Staline avait fait pression sur l'Occident pour qu'il ouvre un deuxième front dans le but de détourner les ressources allemandes et de mettre un terme plus rapidement à la guerre. L'armée de l'air américaine et la Royal Air Force britannique (RAF) menaient une campagne de bombardements stratégiques depuis 1942. Les Alliés contrôlaient le théâtre méditerranéen et envahirent l'Italie en 1943. Cependant, il était stratégiquement nécessaire de lancer une invasion à grande échelle de la France. détruire la principale force de l'armée allemande en Europe du Nord.

L'opération Overlord a commencé avec le débarquement de Normandie en juin 1944. En août, il y avait plus de 3 millions de soldats alliés en France. Paris a été libéré le 25 août et l'armée allemande a été complètement repoussée et s'est retirée de l'autre côté de la Seine le 30 août. L'Allemagne a été forcée de renforcer le front occidental avec des ressources des fronts oriental et italien. Le résultat fut une victoire stratégique alliée décisive. En septembre, les forces alliées occidentales approchaient de la frontière allemande. L'Allemagne nazie se rendrait moins d'un an plus tard. Plus important encore, l'Europe occidentale ne devait pas être contrôlée par la Russie communiste, ce qui avait d'immenses implications politiques d'après-guerre.

Jusqu'en août 1942, les Alliés étaient sur la défensive sur le théâtre du Pacifique. La capacité offensive des Japonais avait été réduite à la suite des batailles navales de la mer de Corail et de Midway. Cependant, le Japon était toujours à l'offensive et planifiait des invasions des Fidji, de la Nouvelle-Calédonie et des Samoa. En août 1942, la marine impériale japonaise était en train de construire une série de bases dans les îles Salomon qui fourniraient une zone de transit pour ces invasions planifiées et offriraient la protection de leur base principale à Rabaul. Les Alliés considéraient cela comme une menace majeure pour l'Australie. Les Japonais étaient en train de construire un aérodrome sur Guadalcanal qui pourrait augmenter la couverture aérienne japonaise pour leurs forces navales avançant dans le Pacifique Sud. Les Alliés prévoyaient d'envahir les îles Salomon dans le but de refuser l'utilisation des îles par les Japonais. Ce serait également le point de départ d'une campagne d'île en île visant à reprendre les Philippines et éventuellement à envahir le continent japonais.

Le 7 août, 11 000 Marines de la 1re Division des Marines sous le commandement du major-général Alexander Vandergrift débarquent à Guadalcanal. La seule résistance à laquelle les Marines ont été confrontés était la jungle elle-même. Le 8 août, ils ont réussi à sécuriser l'aérodrome japonais, que les Marines ont nommé &ldquoHenderson Field.». Dans la nuit du 8 août, la marine japonaise surprend les navires de guerre alliés et coule un croiseur australien et trois croiseurs américains. La Marine ne pouvait pas se permettre de perdre un autre porte-avions, alors ils ont quitté les Marines sans décharger l'équipement et les fournitures nécessaires. Les Marines formèrent un périmètre autour de Henderson Field et un petit contingent d'avions américains, connu sous le nom de &ldquoCactus Air Force,» y stationna. Les Japonais débarquèrent des milliers de soldats tout au long du mois et attaquèrent continuellement les Marines pour tenter de reprendre l'aérodrome. Finalement, en février 1943, les Japonais ont retiré leurs forces de l'île. The victory at Guadalcanal was an important military and psychological victory for the Allies. After the campaign, Allied personnel regarded the Japanese military with less fear than previously. Japanese general Torashiro Kawabe even said, &ldquoAs for the turning point, when the positive action ceased or even became negative, it was, I feel, at Guadalcanal.&rdquo

In June 1944 the Americans had breached Japan&rsquos inner defensive ring and had bases that could be used by B-29 Superfortresses to bomb the Japanese home islands. The next step was to cut Japanese supply lines by invading the Philippines or Formosa (Taiwan). The Allies didn&rsquot have the manpower to take Formosa, and General Douglas Macarthur had championed an invasion of the Philippines ever since 1942 when he famously pronounced, &ldquoI shall return.&rdquo The Japanese response was to attack the American landing force that was attempting to take the Philippine island of Leyte. The Japanese Northern Force would try to lure the American forces away from Leyte. The Southern Force and the powerful Center Force would then attack the landing area.

The Northern Force successfully diverted the US 3rd fleet under the command of Admiral William Halsey. The Japanese Southern Force was intercepted and destroyed by the 7th Fleet Support Force a substantial fleet of six battleships, four heavy cruisers, and four light cruisers. Halsey&rsquos decision to take all of the available strength of the 3rd Fleet northwards left the northern landing area guarded by 7th Fleet&rsquos slow escort carriers and small destroyers. The Japanese Center Force of four battleships, six heavy cruisers, two light cruisers, and eleven destroyers caught the American ships by surprise. The American destroyers, &ldquosmall boys,&rdquo were ordered to attack. The destroyers&rsquo suicidal attacks on the Center Force convinced the Japanese that they were in fact being attacked by Halsey&rsquos 3rd fleet. The Japanese withdrew after losing four carriers, three battleships, eight cruisers, and twelve destroyers. The Battle of Leyte Gulf was the largest naval battle in history and basically resulted in the destruction of the Imperial Japanese Navy. For the remainder of the war, the Japanese could only rely on land forces and Kamikaze attacks. Their supply of oil and other important war materials from Southeast Asia had been cut.

Hitler&rsquos objective in invading the Soviet Union (Operation Barbarossa) was always Moscow. This capital city was considered to be extremely important militarily and politically. The original Axis plan was to capture Moscow within four months after the start of the invasion of the USSR. The Axis wished to take the capital before the onset of winter. Autumn rains and stiffened resistance slowed the Germans, but by December they were less than 19 miles from Moscow. The exhausted Red Army was saved by a terrible Russian winter, and fresh troops from Siberia, trained for winter warfare. Temperatures dropped as low as 50 below zero. German troops had no winter clothing, and the Panzers were not designed to operate in such low temperatures. On 5 December 1941 the Russians counterattacked and pushed the German army back.

For the first time, the Germans retreated on a large scale. Operation Barbarossa had failed. Hitler now faced a war of attrition, something he was bound to lose. The Germans sustained around 400,000 casualties. More importantly, Hitler took personal charge of the military and set most experienced German officers against him. Hitler&rsquos distrust of his senior officers reduced the German advantage of superior military leadership. The Soviets did launch offensive the following spring, but this did little more than set the stage for the Battle of Stalingrad, a battle which they would win.

The Battle of Kursk took place after the Battle of Stalingrad, and was the final offensive the Germans were able to launch in the east. The Germans envisioned breaking through the northern and southern flanks to encircle the Soviet forces. However, the Soviets knew Hitler&rsquos intentions and constructed a series of defensives. The Germans delayed the attack to wait for new Tiger and Panther tanks, giving the Red Army even more time to dig in and gather forces for a counterattack. To give some perspective, the defensive networks around Kursk were 10 times deeper than the Maginot Line. The main German attack began on 5 July. Due to the depth of the Russian defenses, the German blitzkrieg was stopped. This was the first time a blitzkrieg offensive had been defeated before it could break through enemy defenses and into its strategic depths. After the failed attack, the Red Army counterattacked. The Germans would be on the defensive for the rest of the war in the east.

The war in Europe would last for two more years, but the time the Battle of Kursk was over, the Americans and British were on the verge of invading Italy, the Red Army was on the offensive, and the Allies were producing more war materials than the Germans. At Kursk alone, the Germans lost 720 tanks, 680 aircraft, and sustained 170,000 casualties. The battle was the largest tank battle in history, and the Germans paid dearly. By the end of 1943, they were being pushed back across a broad front in the East, and faced the possibility of a second front in the west. After three years of war, the Allies finally had the strategic advantage.

After Pearl Harbor and the Battle of the Coral Sea, the Japanese hoped to eliminate the United States as a strategic power in the Pacific Theatre. They chose to occupy Midway Atoll to extend their defensive perimeter, and to lure the American aircraft carriers into a fight. Luckily for the Americans, they had broken the Japanese code and knew roughly where, when, and in what strength the Japanese would appear. The Japanese, on the other hand, had no real knowledge of the American&rsquos strength or location. They thought they would be up against two American carriers, since the USS Yorktown was severely damaged at the Battle of the Coral Sea. The Yorktown was repaired in only 72 hours, and was able to join the carriers Enterprise and Hornet for the battle. They faced four Japanese carriers, but had an airfield on Midway, so the field was basically even. It was only a matter of which side discovered the other first.

American B-17s from Midway found the Japanese, under the command of Admiral Nagumo, on June 3, but failed to hit any targets. On 4 June the initial attack was launched on Midway. Most American planes operating from Midway were destroyed, but Nagumo chose to attack Midway again. They had detected a single American carrier, and decided to arm the planes with anti-ship weapons, which would take 45 minutes. This wouldn&rsquot matter because the American aircraft that would deliver the crushing blow were already on their way. A low flying American torpedo plane squadron was completely destroyed by the Japanese air patrol, but this opened the door for the SBD Dauntless dive bombers. Four Japanese carriers were sunk, and most of the veteran pilots aboard were killed. By the time the Japanese replaced their three carriers, the US had commissioned two dozen. Midway paved the way for the landings at Guadalcanal, and gave the Allies the strategic initiative to be on the offensive for the rest of the war in the Pacific.

The Nazi invasion of the Soviet Union began on 22 June 1941 and ended with the Battle of Moscow (this specific battle was listed at number five due to its importance). The total operation involved 8.9 million combatants, over 18,000 tanks, 45,000 aircraft, and some 50,000 artillery pieces on both sides combined. Like Operation Overlord, Operation Barbarossa actually consisted of several decisive battles, but the numbers involved, and the fact that the Soviet Union was plunged into war, places it a number three on this list. When Germany invaded, the Red Army was caught completely off guard. A non-aggression pact was signed before the German and Soviet invasion of Poland. Both countries invaded and occupied Poland, but Hitler had always seen Russia as a source of agriculture, slave labor, oil, and other raw materials. Even before the Nazis concluded their conquest of the Balkans, they began to mass over 4.5 million Axis troops near the Soviet border. Three Army groups were formed each assigned to capture specific regions and cities. Army Group North would attack through the Baltic States and take Leningrad. Army Group Center was tasked with taking Moscow, and Army Group South was to attack the agricultural heartland of the Ukraine and move eastward toward the oil-rich Caucasus. The Red Army, although numerically superior to the Germans, was dispersed, unprepared, and suffered from poor leadership.

The Germans swiftly advanced across the entire front. Key battles took place at Smolensk, Uman, and Kiev. Panzer armies were able to encircle and capture three million Soviet soldiers by the time they reached Moscow. By December, they had surrounded Leningrad in the north, reached the outskirts of Moscow in the center, and occupied the entire Ukraine in the south. They held 500,000 square miles of Soviet territory with over 75 million people. The Soviets held at Moscow, but not before 800,000 troops were killed, 3,000,000 wounded, and over 3,000,000 captured. 20,000 Soviet tanks and 21,000 aircraft were destroyed. The Germans casualties included 250,000 killed, 500,000 wounded, 2,000 aircraft destroyed, and 2,700 tanks lost. The Soviet Union would lose 14% of its population in the war: almost 24 million people.

The Battle of Stalingrad was the Midway of the Eastern Front. The battle was a disaster for Germany, and made victory in the East virtually impossible. After the Red Army had prevailed at Moscow, the Eastern Front had stabilized in line running from Leningrad to Rostov near the Black Sea. Hitler was confident he could defeat the Red Army when the weather was no longer an issue. The capture of Stalingrad was important because it was a vital transportation route between the Caspian Sea and northern Russia, and was the gateway to the oil-rich Caucasus region. Its capture would also be an ideological victory due to the fact that Stalingrad bore the name of Joseph Stalin. The battle began with the Luftwaffe reducing the city to rubble and rendering the River Volga, vitally important for bringing supplies into the city, unusable. By the end of August, the Germans had reached Stalingrad.

The Soviets tried to keep their front lines as close to the Germans as possible. This &ldquohugging&rdquo tactic in an urban environment negated the German doctrine which relied on close cooperation between infantry, tanks, engineers, artillery, and aircraft. German infantry units were forced to fight on their own, or risk taking casualties from their own supporting fire. The Soviets were able to hold onto the city until winter. At certain points in the battle, the Germans held 90% of the city, but the Red Army counterattacked in November and were able to encircle 300,000 Axis troops. The Germans sustained 841,000 casualties, and would only launch one more offensive at Kursk, which would end up being another disastrous defeat.

If the United Kingdom was knocked out in the war, Hitler could have focused all of Germany&rsquos military might on the Soviet Union. The Americans and Soviets would have to fight the Axis alone, and the British Isles could not have been used as a staging point for Operation Overlord. For these reasons, The Battle of Britain is without a doubt the most important battle of the Second World War. The British Expeditionary Force was, for the most part, successfully evacuated at Dunkirk following the Battle of France. However, most of their equipment was left in France. At the beginning of the Battle of Britain the only fully equipped division in England was Canadian. If Germany achieved air supremacy over the skies of Britain, they could have launched Operation Sea Lion (the invasion of the British Isles). The Royal Navy would have been ineffective in stopping the invasion without air cover.

The initial Luftwaffe strategy was to destroy Royal Air Force bases. This worked quite well until the strategy changed to bombing towns and cities. This gave the RAF a chance to replace its lost aircraft. Radar was essential. Without it, the RAF would have to keep planes in the air at all times. They lacked the resources to do this. Radar allowed fighters to wait on the ground and coordinate attacks on the German bomber formations. By October of 1940, the Luftwaffe was running low on aircrews and aircraft. German air supremacy was not achieved, and Hitler postponed Sea Lion indefinitely. The end of the Battle allowed Britain to rebuild its military and establish itself as an Allied stronghold. Winston Churchill summed the battle with the words, &ldquoNever in the field of human conflict was so much owed by so many to so few.&rdquo

The Battle of Khalkhin Gol was the decisive engagement of the Soviet-Japanese Border War. Japan occupied Manchuria in 1931 (some consider this the start of World War II). Military interest was then turned to Soviet territories that bordered this area. The first clash between Japanese and Soviet forces was in 1938. There were frequent engagements along the border of Manchuria, but the Japanese were decisively defeated at Khalkhin Gol in May of 1939. The engagement was relatively small compared to later battles of the war. Only 95,000 troops were involved, but the implications of the battle were huge. The Japanese saw the resources in the Soviet Union as unattainable. They instead seized resource-rich territories in Southeast Asia.

The Empire of Japan and the Soviet Union signed the Japanese-Soviet Nonaggression Pact in April of 1941, and both countries remained at peace until Stalin declared war on Japan in 1945 (after the atomic bombs were dropped). With Japan&rsquos eyes turned eastward, Stalin was free to transfer his Siberian divisions west, where they played a crucial role in defeating the Germans at the Battle of Moscow.


The Most Important Battles of World War II

World War II was one of the greatest conflicts in history and was carried out on a scale almost impossible to grasp. In many ways it was the first modern war, in which airpower played a vital role both on land and at sea, but many actions were ultimately won by the determination and grit of the foot soldier. Here's the whole vast panoramic epic of the Second World War presented in several of its most significant battles.

This Battle of Narva is not to be confused with the autre Battle of Narva that occurred between 1700-1721 during The Great Northern War (although both were fought in Narva, Estonia). The WWII Battle of Narva saw Germany and the Leningrad Front vying to control Narva Isthmus. The battle consisted of two phases: the Battle for Narva Bridgehead and the Battle of Tannenberg Line the USSR&mdashStalin in particular&mdashwanted to take control of Estonia and use strategic locations in the country to attack Finland and Prussia via sea and air. German forces held their own and hampered the USSR&rsquos attempts to build a stronghold in Narva. Both sides lost more than 500,000 soldiers combined.

The Siege of Leningrad, also known as &ldquothe 900 day siege&rdquo since it nearly lasted that long (in actuality, it lasted 872 days) occurred when German and Finnish forces surrounded Leningrad and took over the city. The Soviet government had its citizenry work on building fortifications throughout the city although the area was almost entirely encircled by invading forces by November. The siege claimed more than 650,000 Soviet lives in a single year alone due to starvation, disease, and shelling.

One of the most audacious operations in the German conquest of Europe was the air assault on the Greek island of Crete, the first action in which paratroopers were dropped in large numbers. Crete was defended by British and Greek forces who had some success against the lightly armed German soldiers jumping out of the sky. However, delays and communication failures between Allies allowed the Germans to capture the vital airfield at Maleme and fly in reinforcements. Once the Nazis gained air superiority, landings by sea followed. The Allies surrendered after two weeks of fighting.

The Battle of Iwo Jima is an iconic event, thanks largely due to Joe Rosenthal's photograph of the American flag being raised. But military analysts still argue whether the island's limited strategic value justified the costly action. Twenty thousand Japanese defenders were dug in to an elaborate system of bunkers, caves, and tunnels. The attack was preceded by a massive naval and air bombardment lasting several days covering the entire island. Although outnumbered five to one and with no prospect of victory, the Japanese put up strong resistance and virtually none surrendered. Many positions could be cleared only out by hand grenades and flamethrowers, including the fearsome M4A3R3 Sherman "Zippo" flamethrower tanks.

The Allies invaded Italy in 1943 but by 1944 had progressed only as far as the Gustav Line south of Rome. So the Allies staged a massive amphibious operation to force the defenders to split their forces or be surrounded, but quick success depended on a rapid break-out from the beachhead. Some 36,000 men landed to the enemy's considerable surprise, but while the Allies consolidated, the Germans surrounded the area with equivalent forces and dug defensive positions. After heavy fighting and failed advances, in February the Allies were pushed back almost to the beachhead. It took more than 100,000 more reinforcements and five months of fighting to finally break out of Anzio.

After Anzio, the Germans occupied defensive positions known as the Winter Line, consisting of bunkers, barbed wire, minefields and ditches. The four successive Allied assaults on these positions became known as the Battle of Monte Cassino. The fight resembled a WW1 battle, with artillery bombardments preceding bloody infantry assaults on fixed positions. Success was bought at the cost of more than 50,000 casualties on the Allied side. Today, the battle is mainly remembered for the destruction of the abbey of Monte Cassino (which was sheltering civilians) by more than a hundred B-17 Flying Fortresses, when the Allies mistakenly believed the abbey to be a German artillery observation position.

Following the D-Day invasion of June 1944, the Allies broke out of Normandy and advanced rapidly across France and Belgium. Hitler aimed to halt them by a surprise Blitzkrieg. Several armored divisions massed in the Ardennes with the goal of breaking through Allied lines. American forces held on stubbornly in spite of heavy casualties&mdash more than 19,000 died. The Germans had limited supplies and could only fight for few days to before fuel and ammunition ran out, so the offensive soon ran out of steam. Allied lines bulged but did not break, and hundreds of thousands of reinforcements poured into the area. Afterwards Germany lacked resources for another offensive and the end was inevitable.

When Britain and France declared war on Germany following the Nazi invasion of Poland, many expected that war to be a retread of the infantry tactics actions of WWI. That line of thinking clearly led to the French strategy of constructing the heavy concrete fortifications of the Maginot Line. Those expectations where shattered in May 1940 when the Germans launched a fast-paced "Blitzkreig" ("lightning war") spearheaded by Panzer tanks. Lacking heavy artillery, the Germans attacked French positions at Sedan with massed Stuka dive bombers. The intense air assault quickly demoralized the defenders and the German forces easily broke through. France fell soon afterwards.

By late 1940 Britain faced the threat of a German invasion, but the incursion would succeed only with air superiority. What followed was the first major campaign fought by opposing air forces. For four months the German Luftwaffe carried out attacks on British airfields, radar stations, and aircraft factories, and bombed British cities, too. But the Stukas proved too vulnerable to being intercepted and the Germans couldn't mass enough planes to defeat the fighter pilots of the Royal Air Force in their Hurricanes and Spitfires. Heavy casualties forced the Luftwaffe to scale down operations. Hitler's invasion plans were put on hold indefinitely.

Hitler's plan to attack Soviet Russia was called Operation Barbarossa, and it sure looked insane on paper given the Russian numerical superiority and the ignominious history of enemy forces invading Russia. Hitler, however, believed the Blitzkrieg was unstoppable, and the Battle of Brody in western Ukraine would prove him right&mdashfor a time. Seven hundred and fifty German panzers faced four times as many Russian tanks. But the Russian air force had been annihilated on the ground and the German Stukas were able to dominate the area. In addition to destroying tanks, they targeted Russian fuel and ammunition supplies and disrupted communications. The confused Russian forces were completely out manoeuvred and their numerical superiority made no difference.

The largest naval battle in history, the Battle of Leyte Gulf off the Philippines was another step in the U.S. advance toward the Japanese home islands. All available Japanese forces were thrown into the area but the separate units failed to unite, resulting in several actions scattered over a wide area. All four Japanese light carriers were sunk, as were three battleships. Leyte Gulf also marked the first use of a desperate new tactic: The escort carrier USS St. Lo was sunk after a Japanese kamikaze carrying a bomb deliberately crashed on its deck.

Submarine warfare had some impact in the First World War but became vastly more significant in WWII as the German U-boat packs aimed to blockade Europe. Merchant ships took to sailing in large convoys, protected by screens of destroyers and corvettes armed with depth charges and sonar. Daring U-Boat commanders carried out torpedo attacks within the defensive screen, and when several submarines attacked at once, the defenders had little chance of striking back. In the end, the Battle of the Atlantic was eventually won by technology. Radar to detect U-Boats from the surface, radio interception, and code-breaking all played a part. By the end of the war more than 3,000 merchant ships had been sunk, as well as almost 800 U-Boats.

After Pearl Harbor, the Japanese aimed to invade New Guinea and the Solomon Islands. U.S. forces, aided by some Australian ships, moved to intercept them. This produced the first naval battle fought at long range between aircraft carriers. Dive bombers and torpedo bombers attacked ships protected by screens of fighters. It was a novel and confusing form of warfare, with both sides struggling to find the enemy and unclear about what ships they had seen and engaged. The most serious loss was the American carrier USS Lexington, scuttled after catching fire. The fight forced Japan to call off its invasion plans.

Stalin aimed to drive back the invading German armies with an offensive that included more than a thousand tanks backed by 700 aircraft. But Germany blunted the attack by air power when it flew more than 900 planes into the area. The Germans then went on the attack and encircled the Russian forces with several Panzer divisions. Trapped, surrounded, and with German bombers raining explosives down on them, Russians soldiers surrendered in large numbers. More than a quarter of a million Russian soldiers were killed, injured, or captured, 10 times the number of German casualties.

Luzon, the largest of the Philippine islands, fell to Japan in 1942. General Douglas Macarthur had famously vowed to return to the Philippines, which he saw as strategically vital, and commanded the invasion force in 1945. The Allied landings were unopposed, but further inland there was heavy fighting against scattered enclaves of Japanese troops. Some of them withdrew to the mountains and continued fighting long after the end of the war. Japanese suffered extreme losses, with more than 200,000 killed compared to 10,000 Americans, making it the bloodiest action involving U.S. forces.

The last great carrier battle of WWII, the Battle of the Philippine Sea happened as U.S. forces advanced across the Pacific. A Japanese force including five large fleet carriers and four light carriers, plus some land-based aircraft, fought seven U.S. fleet carriers and eight light carriers. The U.S. enjoyed not only numerical superiority but also vastly better aircraft. The new Grumman F6F Hellcats outclassed the old Japanese Zeroes. This disparity led to the action being nicknamed "the Great Marianas Turkey Shoot," with about four times as many Japanese planes downed as American.

To those in the West, the Battle of Berlin may seem like an afterthought, the death throes of a war already decided. In fact it was a massive and extreme bloody action as three quarters of a million German troops, under the personal command of Hitler, fought a desperate final defense against the encroaching Red Army. The Russians had the advantage in tanks, but armored vehicles were vulnerable to new portable anti-tank rockets that destroyed 2,000 of them. Like Stalingrad, the Battle of Berlin was an infantry action fought at close quarters artillery demolished defensive strongpoints in a city already devastated by heavy bombing. Casualties were heavy, including thousands of civilians. On the 30th of April Hitler killed himself rather than surrender, effectively ending the war in Europe.

Operation Citadel was the final German offensive on the Eastern front, and Kursk is considered the greatest tank battle of the war. At Kursk, the Nazis aimed to repeat their earlier successes by surrounding and destroying Russian forces. Thanks to Allied codebreakers, though, the Russians got advance warning and built up defensive lines of ditches and minefields to absorb the German attack. In the air, Stukas armed with 37mm gun pods faced Russian armored Sturmoviks dropping dozens of anti-tank bombs. As the German offensive stalled, Marshal Zhukov launched his counterattack and drove the Germans back with heavy losses.

More than a million German troops were thrown into the attack on Moscow as Hitler ordered that the city should be razed to the ground rather than captured. At first the German progress was rapid by November 15 of 1941 they had fought to within 18 miles of the city. Then they were slowed by the Russian resistance, and an early winter set in, with temperatures dropping well zero Fahrenheit. The German supply chain failed and Russian marshal Zhukov threw his reserve of Siberian divisions into a counterattack. The Germans were pushed back by more than 100 miles by January. Russian casualties were heavy, but the German momentum was broken.

The largest amphibious operation in history involved more than 5,000 ships landing Allied troops on a heavily-defended 50-mile stretch of Normandy coastline, while thousands more took part in an airborne assault. A major deception operation fooled the Germans into thinking that the landings were a feint, and resistance was light at four out of five landing sites. On the fifth, Omaha Beach, U.S. forces came under heavy fire and 2,000 died as they fought to break out of the beachhead. The Germans failed to organize rapidly to meet the threat. Within a week the Allies had landed more than 300,000 troops in Normandy.

Midway was a catastrophic defeat from which the Imperial Japanese Navy never fully recovered. Much of the credit goes to the codebreakers who revealed the Japanese plan to ambush U.S. forces in time for the Allies to plan a counter-ambush. The Japanese plan to split American forces also failed. The U.S. then launched a major air assault on the Japanese carriers. The TBF Avenger torpedo bombers were intercepted by Japanese Zeroes and decimated, but the SBD Dauntless dive bombers attacking afterwards got through. They arrived just as the Japanese planes were refuelling and rearming on deck. Three of four Japanese carriers were destroyed, tilting the course of the war against Japan.

In contrast to the great sweeping tank battles elsewhere on the Eastern Front, Stalingrad was protracted and bloody urban warfare fought from street to street, house to house, and room to room as the Red Army resisted German attempts to take the city. Russia's defenses were based on thousands of strongpoints, each manned by an infantry squad, in apartments, office buildings, and factories, all with strict orders forbidding retreat. German artillery and airpower virtually demolished the city but failed to dislodge the defenders. Eventually the German force was itself surrounded. The total number of casualties may have been as many as two million including civilians.


Vidéos connexes

Britain's GCHQ spy agency has installed a giant multicoloured artwork to celebrate codebreaker and mathematician Alan Turing.

The remains of Marine Elmer Drefahl of Milwaukee who died at Pearl Harbor have been identified.

The last surviving soldier who helped liberate the Nazi death camp at Auschwitz died in Germany over the weekend.

Veterans watched the opening of the British Normandy Memorial on the anniversary of D-Day.

The sun rose over Omaha Beach Sunday morning ahead of various celebrations to commemorate the Allied troops who landed.

On National Nurses Appreciation Day, 2nd Lieutenant Agnes Woods was recognized for her efforts in the Army Nurse Corp.


Second Battle of the Somme

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Second Battle of the Somme, aussi appelé Battle of Saint-Quentin, (March 21–April 5, 1918), partially successful German offensive against Allied forces on the Western Front during the later part of World War I.

The German commander, General Erich Ludendorff, believed that it was essential for Germany to use the troops freed from the Eastern Front by the collapse of Russia to achieve a victory on the Western Front in the spring of 1918, before American troops arrived in sufficient numbers to effectively reinforce the war-weary Allies. His first offensive was directed against the rather weak British armies north of the Somme River, between Arras and La Fère. The British trenches were shelled and gassed before a massive morning attack in dense fog, which took the British by surprise. Their first and second lines quickly fell, and by March 22 the shattered British 5th Army was in retreat and had lost contact with the French to the south. The Germans moved rapidly forward, hoping to drive a permanent wedge between the French and the British, but by March 28, the Allies had assembled new troops that checked the German advance east of Amiens. The German offensive had obtained the single largest territorial gain on the Western Front since the early months of the war in late 1914. The Germans had advanced almost 40 miles (64 km) and had taken about 70,000 prisoners, but in spite of these gains the Allied lines were only bent, not broken. The German tactical virtuosity, unconnected to any broader strategic concept, only exhausted Germany’s limited resources.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par William L. Hosch, rédacteur en chef adjoint.


Voir la vidéo: La bataille de Midway: Stratégie de guerre