Critique : Volume 47 - Seconde Guerre mondiale

Critique : Volume 47 - Seconde Guerre mondiale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

À l'approche de la Seconde Guerre mondiale, tout le monde s'attendait à ce qu'elle entraîne un nouveau type de conflit en Grande-Bretagne. Les raids de dirigeables pendant la Première Guerre mondiale et l'attaque de Guernica pendant la guerre civile espagnole avaient donné un avant-goût terrifiant de ce qui allait arriver. Ainsi, lorsque la guerre a été déclarée en septembre 1939, des raids aériens massifs contre les civils ont été anticipés. Les villes et les ports stratégiques ont été les premiers touchés. Londres a été une cible majeure tout au long de la guerre. Mais ce n'est pas seulement la capitale qui a souffert : le 8 novembre 1940, 30 000 bombes incendiaires pleuvent sur Coventry, dévastant la ville, dont, célèbre, sa cathédrale. Les villes portuaires telles que Plymouth, Bristol et Liverpool ont également particulièrement souffert. Dans "Blitz Diary", l'historienne Carol Harris a rassemblé une remarquable série de récits des jours les plus sombres de la guerre, avec des histoires réconfortantes de survie, de persévérance, de solidarité et de bravoure, dont la préservation devient de plus en plus importante à mesure que le Blitz s'efface de la mémoire vivante. .

Lorsque Christine Cuss (née Pierce) est née en 1934, son père passionné a commencé un journal qui lui était adressé. Au début, il a enregistré des détails quotidiens tels que les premières dents et les vacances en famille, mais au fur et à mesure que les années 1930 progressaient, ses paroles prenaient un ton plus sinistre, alors que l'Europe et le monde se préparaient à la guerre. En plus d'être un document historique rare, "Notes to my Daughter" montre une autre facette de la Seconde Guerre mondiale. Il a été écrit par un homme qui était déchiré entre son devoir envers son pays et le sien envers sa famille. Dans une tournure des événements poignante et réconfortante, à chaque carrefour, Alexander Pierce a choisi sa famille, notamment sa fille unique, Christine. Cette petite famille est un exemple de l'esprit et de la détermination du peuple britannique à travers les moments difficiles. Vieux ou jeune, les sentiments exprimés dans ces écrits affectueux à un enfant chéri ne manqueront pas de toucher et d'émouvoir tous ceux qui les liront, et ouvriront une fenêtre sur la vie extraordinaire d'une famille ordinaire.


USS Boise (CL-47)

USS Boise (CL-47) était un croiseur léger de classe Brooklyn qui a combattu à Guadalcanal puis a participé à l'invasion de la Sicile et aux débarquements à Salerne sur le continent italien avant de retourner dans le Pacifique pour participer aux campagnes sur la Nouvelle-Guinée, les Philippines et Bornéo. Boise a reçu onze étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les Boise a été lancé le 3 décembre 1936 et mis en service le 12 août 1938. Sa croisière d'essai l'a emmené en Afrique, puis il a rejoint la 9e division de croisière de la Battle Force, et était basé à San Pedro, en Californie.

En novembre 1941, il quitte Pearl Harbor pour escorter un convoi jusqu'à Manille, aux Philippines. Elle est arrivée le 4 décembre, quatre jours avant l'entrée en guerre des Japonais. Le 8 décembre, le Boise était au large de Cebu. Elle a rejoint la Force opérationnelle 5, opérant les Indes orientales néerlandaises, au début de l'une des campagnes navales les plus désastreuses de la Seconde Guerre mondiale, mais le 21 janvier 1942, elle s'est échouée sur un banc inexploré dans le détroit de Sape et a dû retourner aux États-Unis. pour les réparations.

Les Boise est revenu au service en juin de 1942 quand elle a escorté un convoi des États-Unis à la Nouvelle-Zélande. Ensuite, elle a effectué un raid dans les eaux tenues par les Japonais (31 juillet-1er août 1942), une opération de déception conçue pour détourner l'attention de Guadalcanal. En août, elle escorta un convoi vers Fidji et les Nouvelles Hébrides.

Du 14 au 18 septembre, elle escorte les renforts du Corps des Marines alors qu'ils débarquent à Guadalcanal. Elle a combattu à la bataille du cap Espérance (11 octobre 1942), où elle a été touchée par des tirs japonais. Elle a également aidé à couler le destroyer japonais Fubuki. Après la bataille, il dut retourner à Philadelphie pour des réparations qui durent jusqu'au 20 mars 1943.

Vient ensuite une incursion dans le théâtre méditerranéen. Du 10 juillet au 18 août, elle soutint l'invasion de la Sicile. En septembre, il soutint l'invasion de l'Italie continentale, prenant part aux débarquements à Tarente (9-10 septembre) et à Salerne (12-19 septembre). Après cela, il est retourné aux États-Unis et a ensuite navigué vers le Pacifique.

Les Boise rejoint la Septième Flotte à Milne Bay en Nouvelle-Guinée. Elle faisait partie de la flotte qui a soutenu MacArthur pendant son avance vers l'ouest à travers la Nouvelle-Guinée et le retour aux Philippines.

En 1944, l'accent était mis sur la Nouvelle-Guinée. En janvier, elle a bombardé Madang et Alexishafen. En avril, il soutint les débarquements à Humboldt Bay et bombarda Wakde et Sawar. En mai, il a soutenu les débarquements à Wakde-Toem et Biak. En juillet, il soutient les débarquements à Noemfoor, puis de fin juillet à fin août participe à l'invasion de Morotai.

L'étape suivante était le retour aux Philippines. Du 20 au 24 octobre 1944, il soutint les débarquements sur Leyte et fut ainsi pris dans la bataille du golfe de Leyte. Elle a combattu dans la bataille du détroit de Surigao (25 octobre 1944), le dernier affrontement entre cuirassés. Alors que les cuirassés japonais avançaient, les croiseurs américains attaquèrent par les flancs, avant que les cuirassés américains n'ouvrent le feu, écrasant la flotte japonaise.

Du 12 au 17 décembre, il couvrit les débarquements sur Mindoro. Du 9 au 13 janvier 1945, il transporte le général MacArthur lors du débarquement dans le golfe de Lingayen. En février, elle a soutenu le retour à Bataan et Corregidor et en mars les débarquements à Zamboanga.

Entre le 27 avril et le 3 mai, il participe au débarquement de Tarakan sur Bornéo.

En juin, elle portait le général MacArthur alors qu'il effectuait une tournée dans le centre et le sud des Philippines et à Bornéo. Après cela, elle est retournée en Californie où elle est restée jusqu'en octobre. Elle a ensuite déménagé sur la côte est des États-Unis, où elle a été désarmée le 1 juillet 1946.

Le 11 janvier 1951, le Bloise a été vendue à l'Argentine, où elle a été rebaptisée Neuve de Julio (le 9 juillet). Il est resté en service jusqu'en 1979, date à laquelle il a finalement été désarmé.


9. Junkers Ju-88 - 15 000 unités

Archives fédérales – CC-BY SA 3.0

Le Junkers Ju 88 était l'un des bombardiers les plus rapides ayant servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec une vitesse de pointe de plus de 300 MPH, il était conçu pour voler plus vite que les chasseurs qui étaient alors capables de l'intercepter.

Il est devenu l'un des avions de combat les plus polyvalents de la guerre, utilisé comme bombardier, bombardier en piqué, bombardier torpilleur et même chasseur de nuit. Il a servi dans la Luftwaffe pendant toute la guerre.


Dépensez 49 $ en produits imprimés et obtenez la livraison GRATUITE sur HC.com

Une histoire narrative, de portée cinématographique, d'un processus qui prenait forme à l'hiver 1933 alors que les passions domestiques du monde entier s'entendaient pour conduire les gouvernements vers une guerre que peu d'entre eux voulaient et aucun d'entre eux ne pouvait contrôler.

Tous Contre Tous est l'histoire de la saison où notre monde a changé de l'après-guerre à l'avant-guerre. C'est un livre sur le pouvoir des mauvaises idées – explorant pourquoi, au cours d'un seul hiver, entre novembre 1932 et avril 1933, tant de choses ont si mal tourné. L'historien Paul Jankowski révèle que ce sont les mentalités collectives et les croyances populaires qui ont conduit cette période cruciale qui a envoyé les nations sur la voie de la guerre, autant que n'importe quel calcul rationnel appelé « intérêt national ».

Au cours de ces six mois, des délires collectifs ont rempli l'air. Que ce soit dans les régimes libéraux ou autoritaires, la participation de masse et la mentalité de foule ont augmenté. Hitler est arrivé au pouvoir Le Japon a envahi Jehol et a quitté la Société des Nations Mussolini a regardé vers l'Afrique Roosevelt a été élu La France a changé trois fois de gouvernement et les vainqueurs de 1918 se sont disputés avec acrimonie sur les dettes de guerre, les armes, la monnaie, les tarifs et l'Allemagne. De nouveaux espoirs ont vacillé mais pas pour longtemps : une conférence économique mondiale était prévue, pour s'effondrer seulement lorsque les États-Unis ont suivi leur propre voie.

Tous Contre Tous reconstruit une série d'événements apparemment disparates dont les liens ne peuvent être évalués que rétrospectivement. Alors qu'il tisse les histoires des influences qui ont conspiré pour conduire le monde à la guerre, Jankowski propose un récit édifiant pertinent pour les démocraties occidentales d'aujourd'hui. La menace croissante des régimes dictatoriaux et le défi idéologique présenté par le communisme et le fascisme ont donné aux années 1930 un visage unique, tout comme les crises environnementales et démographiques mondiales colorent le nôtre. Bien que nous ne sachions pas avec certitude où ces crises nous mèneront, nous savons que celles des années 1930 ont culminé avec la Seconde Guerre mondiale.


L'histoire du succès de la réduction du cholestérol LDL

Nous pouvons revenir sur > 100 ans de recherche sur le cholestérol qui ont amené la médecine à un stade où les personnes à risque de maladie coronarienne grave ou mortelle ont un bien meilleur pronostic qu'auparavant. Ce progrès ne s'est pas fait sans résistance. Peut-être l'un des sujets les plus débattus en médecine, la controverse sur le cholestérol, n'a pu être résolu que grâce au développement de nouvelles méthodes de recherche clinique capables de tirer parti des réalisations étonnantes de la science fondamentale et pharmacologique après la Seconde Guerre mondiale. Ce n'est qu'après avoir compris la biochimie et la physiologie de la synthèse, du transport et de l'élimination du cholestérol du sang que la médecine a pu tirer parti des médicaments et des régimes alimentaires pour réduire le risque de maladies athéroscléreuses. Cette revue souligne les faits saillants de l'histoire de l'abaissement des lipoprotéines de basse densité et du cholestérol, avec la découverte du récepteur des lipoprotéines de basse densité et de sa physiologie et non seulement le développement des statines en tant que moments stellaires, mais aussi le développement de la méthodologie des essais cliniques. comme un outil efficace pour fournir des preuves scientifiquement convaincantes.

Mots clés: athérosclérose cholestérol, LDL coronaropathie prévention primaire prévention secondaire.


Politique et stratégie du gouvernement, relations internationales et séquelles de la guerre

Pour obtenir des conseils sur la recherche de documents sur la politique gouvernementale, la conduite de la guerre et les relations internationales, consultez nos guides sur les documents du Cabinet, les documents du bureau du premier ministre, du ministère des Affaires étrangères et du ministère des Colonies, ainsi que les documents du bureau privé de Sir Anthony Eden.

Consultez notre guide de la propagande pour obtenir des conseils sur la recherche de documents du ministère de l'Information et du ministère des Affaires étrangères concernant les informations, la censure de la presse, la publicité et la propagande dans le pays et à l'étranger.

Pour localiser des copies de documents allemands et italiens capturés, suivez les conseils de notre guide des archives du ministère allemand des Affaires étrangères.

Notre guide des crimes de guerre comprend des conseils sur la recherche de dossiers d'enquêtes et de procès de criminels de guerre en Europe et en Extrême-Orient ainsi que sur la recherche d'ex-ressortissants ennemis soupçonnés d'avoir commis des crimes de guerre. Il existe un guide séparé pour les dossiers de la persécution nazie.

Les archives du pillage d'œuvres d'art et de biens culturels à travers l'Europe par l'Allemagne nazie sont couvertes dans notre guide d'art pillé.


Le casque M1 de la Seconde Guerre mondiale – le « pot d'acier »

Le casque américain M1 est peut-être l'un des équipements militaires les plus emblématiques, rendu célèbre non seulement par des photographies d'époque de la Seconde Guerre mondiale et du Vietnam, mais aussi par de nombreux films de guerre tels que l'épopée du jour J, Le jour le plus long, ou l'histoire d'Audie Murphy, En enfer et retour.

C'est pendant la Première Guerre mondiale que le besoin d'un casque de combat moderne a été reconnu pour la première fois. Les États-Unis sont arrivés un peu tard dans le jeu des casques et ont initialement distribué à leurs troupes un lot de casques britanniques Mk.1 en 1917, avant le début de la production de leur propre variante, désignée M1917. Le M1917 primitif devait subir une légère mise à niveau au cours des années 1930, devenant le M1917A1, qui est resté la norme pour l'armée américaine, jusqu'en 1941, date à laquelle le casque M1 a été introduit.

Le M1 peut se vanter d'être le casque de combat le plus réussi de tous les temps, avec une histoire de service s'étalant sur quarante ans, du début des années 40 au milieu des années 80, lorsqu'il a été remplacé par le casque composite PASGT. En fait, le M1 était un tel succès en tant que système de casque que de nombreux pays ont choisi de l'adopter et même de produire leurs propres «clones», tels que ceux d'Autriche, d'Allemagne et de Belgique.

Au cours de sa durée de vie, des modifications et des mises à jour mineures ont été mises en œuvre afin d'améliorer la protection du casque et l'expérience utilisateur, telles que la texture et la couleur de la peinture, les housses de casque, le matériau et le positionnement de la jante, les balles de jugulaire, les jugulaires et, bien sûr, les doublures. Cependant, en termes généraux, la conception réelle du casque a très peu changé, et donc identifier un exemple comme étant l'original de la Seconde Guerre mondiale peut sembler une perspective assez difficile. Cependant, cela ne doit pas nécessairement être le cas et les conseils que vous lirez devraient vous donner un point de départ assez solide et, espérons-le, renforcer votre confiance en vous.

Lorsque vous vous êtes concentré sur un casque, que ce soit à partir d'une source en ligne, ou mieux encore, à partir d'un endroit où vous pouvez réellement mettre la main sur le casque, la première chose que vous devez faire est de donner une bonne fois à la coque. Vous pouvez en dire beaucoup sur l'âge et l'utilisation du casque en l'examinant plus longtemps qu'un simple coup d'œil. Un coup d'œil en passant combiné avec votre visage de poker peut être une bonne tactique lorsque vous traitez avec un vendeur dur, mais rappelez-vous que vous ne voulez pas rentrer à la maison avec un raté.

Tout d'abord, concentrez-vous sur la partie la plus évidente de la coque, sa couleur. La couleur des casques de la Seconde Guerre mondiale était un vert olive foncé. Ceux utilisés plus tard pendant la guerre de Corée, dans les années 1950, étaient d'un vert beaucoup plus clair. La texture de la coque est également très importante. Les coquillages de guerre utilisaient du liège broyé pour diminuer l'éblouissement, créant un aspect capitonné ou en chair de poule. Au cours des soixante-dix dernières années, beaucoup de ces coquilles semblent ramollies et lisses. Les coquillages de la période ultérieure utilisaient du sable plutôt que du liège. Il convient de noter que certains obus de la Seconde Guerre mondiale ont été utilisés en Corée et même au Vietnam, et ne comptent donc pas uniquement sur la couleur de l'obus.

Un casque de l'époque de la guerre de Corée – Bien que la couleur générale de ce conflit soit généralement différente de celle de la Seconde Guerre mondiale, les collectionneurs ne devraient rien prendre pour acquis.

Comme le M1 a été utilisé à travers le spectre militaire, il est presque impossible d'identifier un casque à une branche particulière, à moins que l'unité ne soit marquée, cependant concernant l'US Navy, le personnel avait tendance à peindre la coque olive terne standard avec des nuances de bleu, gris, jaune, orange, blanc ou rouge, etc., selon les différentes fonctions remplies par les postes d'équipage du navire. Il faut noter qu'il ne semble pas y avoir de norme, c'est pourquoi vous rencontrez souvent de nombreuses nuances variées de casques USN gris “Battleship”.

Un bon exemple de casque de l'US Navy.

Le bord ou la couture de la coque est également un domaine clé à aborder. De quel métal est-il fait et se joint-il à l'avant ou à l'arrière ? Il est assez sûr de dire que tous les obus présentant une jante en acier inoxydable avec un joint frontal sont de guerre. La peinture avait tendance à ne pas coller à ces jantes et à s'écailler facilement, c'est pourquoi tant de M1 de la Seconde Guerre mondiale présentent un bord «brillant» en métal. Au milieu de la guerre, le matériau de la jante est devenu le même que celui utilisé pour la coque et la jointure a été modifiée vers l'arrière. Une coque texturée en liège avec un rebord de jonction arrière indiquerait également le temps de guerre, mais de tels exemples sont moins souhaitables pour les collectionneurs que leurs homologues à couture avant. Il est à noter que le clone autrichien en particulier utilisait une jante en acier inoxydable avec la jointure positionnée à l'arrière, cependant la texture de la coque et la largeur de la jante sont notablement différentes.

La couture arrière sur un casque de la Seconde Guerre mondiale.

La construction du M1 n'était pas seulement un défi, compte tenu de son profil de dôme élevé, qui causait incidemment des fissures de contrainte aux premiers casques, mais la conception elle-même était révolutionnaire. Alors que toutes les autres nations ont choisi d'adopter un système de doublure qui ne pouvait être retiré que lors d'un radoub ou par le quartier-maître, le M1 se composait d'une coque en acier, qui était insérée avec une doublure en fibre séparée correspondant à la couleur et à la forme de la coque. Les avantages d'un tel concept pour les tâches quotidiennes et même dans les conditions du champ de bataille, comme un bol de lavage ou une marmite, étaient évidents. Une caractéristique utilisée plus tard sur les casques britanniques Mk.III et français M51.

Le principal producteur d'obus pendant la guerre était la McCord Radiator and Manufacturing Company, la Schlueter Manufacturing produisant des obus à une moindre échelle. Les casques Schlueter étaient estampillés d'un S à l'intérieur du bord intérieur avec un tampon thermique composé de chiffres et de lettres. Les coques McCord sont identifiables par le seul tampon thermique. En raison du contrat plus petit, les casques Schlueter sont très recherchés.

Gros plan sur les tampons thermiques.

Les deux derniers composants importants de l'obus, ainsi que ce qui a été mentionné ci-dessus, devraient décider si un obus est complet et en temps de guerre. Tous les casques de la Seconde Guerre mondiale comportaient une jugulaire palmée, qui était cousue avec une barre d'arrêt autour des balles de la jugulaire du casque. La couleur du bracelet était kaki sable et utilisait une boucle et une attache à griffes en laiton.

Raccords de jugulaire en gros plan

À la fin de 1944, la couleur de la jugulaire est passée à un olive terne foncé, un peu comme la coque, et la ferronnerie de la sangle a été changée en acier noirci. Après la guerre et pendant la guerre de Corée en particulier, la méthode d'attache de la sangle aux balles du casque a été modifiée, avec l'introduction d'un nouveau composant métallique, qui se clipsait à la balle avec la jugulaire enclenchée à l'intérieur, rendant ainsi le casque plus sûr pour le porteur dans les explosions d'obus.

Les balles des tout premiers casques M1 étaient soudées ou "fixées" sur la coque et étaient initialement en forme de grand D, avant d'être remplacées par un rectangle. Les casques à balles D sont en effet très rares et font souvent l'objet de contrefaçons. La plupart des premiers casques rencontrés sont donc la variante à balles rectangulaires, vers 1941/42. Les balles fixes se sont vite avérées trop fragiles et ont donc été remplacées par la balle pivotante, qui est restée standard jusqu'au retrait du casque dans les années 1980.

Une image composite montrant les balles.

Le casque M1 est en effet un sujet complexe bien documenté dans une vaste gamme de livres de collection, mais j'espère que cet article pourra vous servir de bon point de départ. Veuillez lire mon article compagnon fournissant un aperçu des doublures de casque en fibre utilisées dans le casque M1 de la Seconde Guerre mondiale qui paraîtra bientôt.


Guerre d'Afrique du Sud

La première Guerre mondiale

MONT SORREL SOMME, 1916, '18 Flers-Courcelette Thiepval Ancre Heights ARRAS, 1917, '18 Vimy, 1917 COLLINE 70 YPRES, 1917 Passchendaele AMIENS Scarpe, 1918 LIGNE Drocourt-Quéant HINDENBURG Canal du Nord Cambrai, 1918 POURSUITE DE MONS FRANCE ET FLANDRE, 1915-18.

La seconde Guerre mondiale

FALAISE Route de Falaise St. Lambert-sur-Dives La Seine, 1944 Moerbrugge L'Escaut Poche Breskens La Basse Meuse Kapelsche Veer LA RHENANIE Le Hochwald Veen Canal Friesoythe Küsten Bad Zwischenahn EUROPE DU NORD-OUEST, 1944-1945.


Tor.com

Association internationale des voyageurs temporels : Forum des membres
Sous-forum : Europe – XXe siècle – Seconde guerre mondiale
Page 263

11/15/2104
À 14:52:28, FreedomFighter69 a écrit :
Reportage sur ma première excursion temporelle depuis que j'ai rejoint l'IATT : je viens de rentrer de 1936 à Berlin, ayant pris la place d'un des cameramen de Leni Riefenstahl et assassiné Adolf Hitler lors de l'ouverture des Jeux Olympiques. Qu'un monde libre se réjouisse !

À 14:57:44, SilverFox316 a écrit :
De retour de 1936, Berlin a neutralisé FreedomFighter69 avant qu'il ne puisse tirer son petit coup. Freedomfighter69, en tant que nouveau membre, veuillez lire le Bulletin IATT 1147 concernant le meurtre d'Hitler avant votre prochaine excursion. Ne pas le faire peut entraîner votre expulsion conformément au règlement 223.

À 18:06:59, BigChill a écrit :
Allez-y doucement avec le gamin, SilverFox316, tout le monde tue Hitler lors de son premier voyage. J'ai fait. Cela se répare toujours en quelques minutes, quel est le mal?

À 18:33:10, SilverFox316 a écrit :
C'est facile à dire, BigChill, car d'après mes souvenirs, vous ne vous êtes jamais porté volontaire pour revenir en arrière et le réparer. Tu penses que je n'ai rien de mieux à faire ?

11/16/2104
À 10 h 15 min 44 s, JudgeDoom a écrit :
Bonnes nouvelles! Je viens de quitter un champ de bataille français en octobre 1916, où j'ai abattu un jeune messager de l'armée bavaroise nommé Adolf Hitler ! Pas mal pour ma première fois, non ? Sic semper tyrannis !

À 10:22:53, SilverFox316 a écrit :
De retour de la France de 1916, je reviens, après avoir empêché à la dernière seconde possible la disparition prématurée d'Hitler aux mains de JudgeDoom et, incroyablement, me suis retenu de tirer sur JudgeDoom et de nous avoir épargné toutes les années pour corriger ses bouffonneries malavisées. LISEZ LE BULLETIN 1147, LES GENS !

À 15:41:18, BarracksRoomLawyer a écrit :
Point d'ordre : les questions liées au service d'Hitler dans l'armée bavaroise devraient être abordées sur le forum de la Première Guerre mondiale.

11/21/2104
À 02:21:30, SneakyPete a écrit :
Vienne, 1907 : après de nombreuses tentatives, se sont infiltrés à l'Académie des Beaux-Arts et ont facilité l'admission d'Adolf Hitler dans cette institution. Adieu, Hitler le dictateur, bonjour Hitler le paysagiste au succès modeste ! J'ai également ramené quelques-uns de ses tableaux, des acheteurs ?

À 02:29:17, SilverFox316 a écrit :
D'accord c'est tout. Revenant tout juste de Vienne en 1907 où j'ai obtenu l'expulsion d'Hitler de l'Académie au moyen d'une farce élaborée impliquant le préfet, une chèvre et une quantité substantielle d'huile d'olive, je tourne maintenant mon attention vers nos nouveaux frères, qui, malgré règles contraires, semblent n'avoir aucune intention de lire le Bulletin 1147 (ni son Addendum, Alternative Means of Subverting the Hitlerian Destiny, et ici je vous regarde, SneakyPete). Permettez-moi de résumer et de vous éviter des ennuis : pas d'Hitler, pas de Troisième Reich, pas de Seconde Guerre mondiale, pas de programmes de fusées, pas d'électronique, pas d'ordinateurs, pas de voyage dans le temps. Obtenez l'image?

À 02:29:49, SilverFox316 a écrit :
PS à SneakyPete : vos peintures d'Hitler ne valent rien, connard, puisque vous les avez probablement amenées directement ici à partir de 1907, ce qui signifie que la peinture est encore fraîche. Freaking n00b.

À 07:55:03, BarracksRoomLawyer a écrit :
Amen, SilverFox316. Bien que, rappel au Règlement, les questions relatives au début des années 1900 à Vienne devraient vraiment être abordées dans ce forum, pas ici. C'est un problème récurrent sur ce forum.

11/26/2104
À 18:26:18, Jason440953 a écrit :
SilverFox316, vous semblez en savoir beaucoup sur les règles. Que pensez-vous de voyager, disons, à Braunau, en Autriche, en 1875 et de tuer Alois Hitler avant qu'il n'ait la chance d'être le père d'Adolf ? Remarquez, je demande par simple curiosité, puisque je suis déjà allé l'avoir fait.

À 18:42:55, SilverFox316 a écrit :
Jason440953, voir le règlement 7, qui stipule que toutes les décisions de l'IATT concernant les personnes historiques s'appliquent également aux ancêtres. Je poste ceci pour le bénéfice des autres, car je l'ai déjà clairement expliqué au jeune Jason en personne alors que je le traînais par les cheveux depuis 1875. C'est compris? Pas d'ancêtres. (Bien que si quelqu'un retournait, disons, à Moline, dans l'Illinois, disons, en 2080 environ, et intercédait pour empêcher la conception de Jason440953, je pourrais être persuadé de détourner le regard.)

À 21:19:17, BarracksRoomLawyer a écrit :
Point d'ordre : les discussions sur l'Autriche du XIXe siècle et l'Illinois au XXIe siècle devraient être limitées à leurs forums respectifs.

12/01/2104
À 15:56:41, AsianAvenger a écrit :
FreedomFighter69, JudgeDoom, SneakyPete, Jason440953, vous n'êtes qu'une bande de racistes. Que la lumière de la justice brille sur ton nid de vipère sordide !

À 16:40:17, BigTom44 a écrit :
Eh bien, on y va.

À 16:58:42, FreedomFighter69 a écrit :
Raciste? Pour avoir tué Hitler ? WTF ?

À 17:12:52, SaucyAussie a écrit :
AsianAvenger, vous n'êtes pas en train de ressasser tout le problème de Nagasaki, n'est-ce pas ? Nous venons de calmer tout le monde depuis la dernière fois.

À 17:22:37, LadyJustice a écrit :
Je suis avec SaucyAussie. AsianAvenger, vous avez encore moins de sens que d'habitude. Ce qui donne?

À 18:56:09, AsianAvenger a écrit :
Ce qui donne, c'est l'insistance répétée de chacun sur une ligne de conduite qui, même si elle réussit, ne sauverait que quelques millions d'Européens. Il ne serait plus difficile de se rendre à Fuyuanshui, en Chine, en 1814 et de tuer Hong Xiuquan, empêchant ainsi la rébellion des Taiping du milieu du XIXe siècle et sauvant ainsi cinquante millions de vies. Mais, bon, c'est quoi plus ou moins cinquante millions de diables jaunes, non, les gars ? Nous avons des Polonais et des Français à craindre.

À 19:01:38, LadyJustice a écrit :
Eh bien, qu'est-ce qui t'empêche de le tuer, AsianAvenger ?

À 19:11:43, AsianAvenger a écrit :
Seulement pour que SilverFox316 annule mon travail ? À quoi ça sert?

À 19:59:23, SilverFox316 a écrit :
En fait, cela me semble être une assez bonne idée, AsianAvenger. Aucune complication que je puisse voir.

À 20:07:25, Big Chill a écrit :
Vas-y, mec.

À 20:11:31, AsianAvenger a écrit :
Très bien. Je reviendrai dans quelques instants, le sauveur de millions !

À 20:14:17, LadyJustice a écrit :
Je viens de vérifier la chronologie, félicitations pour ton succès, AsianAvenger !

12/02/2104
À 10:52:53, LadyJustice a écrit :
AsiatiqueAvenger ?

À 11:41:40, SilverFox316 a écrit :
AsianAvenger, nous avons besoin de votre rapport, mon pote.

À 17:15:32, SilverFox316 a écrit :
D'accord, apparemment AsianAvenger était est descendu de Hong Xiuquan. Des volontaires pour revenir en arrière et l'empêcher de nier sa propre existence ?

12/10/2104
À 09:14:44, SilverFox316 a écrit :
N'importe qui?

À 09:47:13, BarracksRoomLawyer a écrit :
Point d'ordre : cette discussion appartient au forum de la dynastie Qing. Nous sommes des adultes, pouvons-nous garder de vue ce qui est important ici ?


Matthieu Smith

J'ai rejoint l'Université de Strathclyde et le Centre d'histoire sociale de la santé et des soins de santé (CSHHH) en 2011, après avoir terminé un doctorat et un travail post-doctoral au Centre d'histoire médicale de l'Université d'Exeter. Ma recherche et mon enseignement se sont concentrés sur trois domaines principaux de l'histoire de la santé et de la médecine : la santé mentale et la psychiatrie, les allergies et l'immunologie et l'alimentation et la nutrition. Grâce au généreux financement du Wellcome Trust, cette recherche a abouti à trois monographies : An Alternative History of Hyperactivity: Food Additives and the Feingold Diet (Rutgers University Press, 2011) Hyperactive: The Controversial History of ADHD (Reaktion, 2012) et Another Person's Poison: A History of Food Allergy (Columbia University Press, 2015), qui a été examiné dans le New York Times et a récemment reçu une mention honorable dans l'Association of American Publishers' Prose Awards pour 2016.

Je travaille actuellement sur deux projets. Le premier, financé par une bourse AHRC Early Career Fellowship, porte sur l'histoire de la psychiatrie sociale aux États-Unis. J'étudie comment les psychiatres et les spécialistes des sciences sociales américains ont perçu le lien entre la maladie mentale et la privation sociale au cours des décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Ce financement a contribué au volume édité, Deinstitutionalisation and After: Post-War Psychiatry in the Western World, que j'ai co-édité avec le Dr Despo Kritsotaki et le Dr Vicky Long, et sera publié dans la série Palgrave que j'ai co-édité avec Catharine Coleborne, La santé mentale dans une perspective historique. Nous travaillons tous les trois, avec le professeur Oonagh Walsh, sur un deuxième volume édité, Preventing Mental Illness: Past Present and Future pour la même série. Je suis également en train d'élaborer une monographie sur l'histoire de la psychiatrie sociale.

Mon deuxième projet, 'Out on the Pitch : Sexuality and Mental Health in Men's and Women's Sport, 1970-present' est financé par un Wellcome Trust Seed Award. J'espère développer ce projet en un projet plus vaste sur le sport et la santé mentale avec l'historien Dr Ali Haggett, le sociologue Dr Mark Doidge et le Dr Daniel Callwood, qui est le chercheur du projet Seed Award.

Je crois fermement que la recherche historique peut avoir un impact significatif sur les politiques publiques et la prise de décision. En tant que tel, j'ai essayé de m'engager autant que possible avec le public par le biais de la radiodiffusion, de conférences publiques, de blogs et de discussions avec des professionnels de la santé et de l'éducation. Mes efforts dans ces domaines ont été renforcés en 2012 lorsque j'ai été nommé penseur de la nouvelle génération AHRC/BBC. J'ai écrit pour des publications médicales, telles que The Lancet et le Journal de l'Association médicale canadienne (CMAJ), j'ai présenté mes recherches au Département de la santé et de l'hygiène mentale de la ville de New York et je travaille en étroite collaboration avec divers professionnels de la santé et de l'éducation. Récemment, mon livre Hyperactive a été utilisé par le romancier William Sutcliffe comme source d'inspiration et de recherche pour son roman Concentr8 (Bloomsbury, 2015).

Actuellement, je suis vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences humaines et sociales (HaSS). Auparavant, j'ai été co-directeur du Centre d'histoire sociale de la santé et de la santé, directeur de la recherche en histoire et directeur adjoint de l'École des sciences humaines. J'édite des critiques de livres pour History of Psychiatry, j'ai siégé à des comités de financement du Wellcome Trust et je siège au Peer Review College de l'AHRC, pour lequel je suis Leadership Fellow. Je suis également membre de la Young Academy of Scotland de la Royal Society of Edinburgh et membre de la RSA et de la Royal Historical Society.


Voir la vidéo: La bataille la plus étrange de la Seconde Guerre mondiale Documentaire