Révision de l'Allemagne nazie (Leaders & Main Events)

Révision de l'Allemagne nazie (Leaders & Main Events)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • Abwehr
  • L'antisémitisme dans l'Allemagne nazie
  • Putsch de la brasserie
  • Le christianisme dans l'Allemagne nazie
  • Camp de concentration
  • Nuit de cristal
  • Unités Tête de Mort
  • Der Stürmer
  • L'éducation dans l'Allemagne nazie
  • Activation de la facture
  • Camps d'extermination
  • Solution finale
  • Armée allemande
  • Élection allemande en 1933
  • Ligue allemande des filles
  • Fascisme allemand
  • Front allemand du travail
  • Résistance allemande
  • Gestapo
  • jeunesse hitlérienne
  • Enfants juifs à l'école
  • Émigration juive d'Allemagne
  • Juifs dans l'Allemagne nazie
  • Complot de juillet (1944)
  • Service du travail
  • Lebensborn
  • Luftwaffe
  • Mein Kampf
  • Chronologie de l'Allemagne nazie
  • Propagande nazie
  • Parti nazi (NSDAP)
  • La nuit des longs couteaux
  • Lois de Nuremberg
  • Rallye de Nuremberg
  • Procès de guerre de Nuremberg
  • Mémorandum d'Oberfohren
  • Opération Valkyrie
  • Reichstag
  • Feu du Reichstag
  • Schutzstaffel (SS)
  • Service de sécurité SD
  • La force par la joie
  • Sturmabteilung (SA)
  • Les syndicats dans l'Allemagne nazie
  • Volkswagen
  • Volkischer Beobachter
  • Waffen SS
  • Conférence de Wannsee
  • Les femmes dans l'Allemagne nazie
  • Groupe Rose Blanche
  • Max Amann
  • Klaus Barbie
  • Joseph Berchtold
  • Ernst Bergmann
  • Albert Bormann
  • Martin Bormann
  • Philippe Bouhler
  • Viktor Brack
  • Karl Brandt
  • Wilhelm Brückner
  • Guillaume Canaris
  • Kurt Daluege
  • Théodore Dannecker
  • Fritz Darges
  • Richard Darre
  • Sepp Dietrich
  • Otto Dietrich
  • Rudolf Diels
  • Karl Doenitz
  • Anton Drexler
  • Karl von Eberstein
  • Dietrich Eckart
  • Adolf Eichmann
  • Théodore Eicke
  • Franz Ritter von Epp
  • Karl Ernst
  • Hermann Esser
  • Gottfried Feder
  • Hermann Fegelein
  • Eugène Fischer
  • Hans Frank
  • Wilhelm Frick
  • Hans Fritzsche
  • Roland Freisler
  • Walther Funk
  • Fritz Gerlich
  • Kurt Gerstein
  • Erwin Giesing
  • Joseph Goebbels
  • Hermann Göring
  • Walter Gross
  • Otto Gunsche
  • Ernst Hanfstaengel
  • Albrecht Haushofer
  • Karl Haushofer
  • Erhard Heiden
  • Edmond Heines
  • Rudolf Hess
  • Walter Hewell
  • Reinhard Heydrich
  • Erich Hilgenfeldt
  • Heinrich Himmler
  • Adolf Hitler
  • Rudolf Hoess
  • Heinrich Hoffmann
  • Alfred Hugenberg
  • Ernst Kaltenbrunner
  • Émile Kirdorf
  • Erich Koch
  • Karl Koch
  • Josef Kramer
  • Hermann Kriebel
  • Gustav Krupp
  • Alfried Krupp
  • Robert Ley
  • Heinz Linge
  • Kurt Ludecke
  • Victor Lutze
  • Erich Ludendorff
  • Franz von Pfeffer Salomon
  • Émile Maurice
  • Rochus Misch
  • Théodore Morell
  • Heinrich Müller
  • Ludwig Muller
  • Arthur Nebe
  • Constantin de Neurath
  • Carl Oberg
  • Hans Oster
  • Oswald Pohl
  • Johannes Popitz
  • Herman Rauschning
  • Erich Raeder
  • Joachim de Ribbentrop
  • Ernst Röhm
  • Alfred Rosenberg
  • Jutta Rüdiger
  • Bernard Rouille
  • Fritz Saukel
  • Hjalmar Schacht
  • Julius Schaub
  • Max Scheubner Richter
  • Walter Schellenberg
  • Ernst-Gunther Schenck
  • Baldur von Schirach
  • Julius Schreck
  • Kurt von Schröder
  • Richard Schulze-Kossens
  • Franz Schwarz
  • Hans von Seeckt
  • Loup Sendele
  • Arthur Seyss-Inquart
  • Franz von Pfeffer Salomon
  • Martin Sommerfeldt
  • Albert Speer
  • Reinhard Spitzy
  • Fritz Stangl
  • Johannes Stark
  • Julius Streicher
  • Gregor Strasser
  • Otto Strasser
  • Max Scheubner Richter
  • Fritz Thyssen
  • Fritz Todt
  • Albert Voègle
  • Horst Wessel
  • Fritz Wiedemann
  • Karl Wolff
  • Apaisement
  • Sudètes
  • Tchécoslovaquie
  • Pacte anti-Komintern
  • Pologne
  • Opération Barberousse
  • Offensive occidentale
  • Rhénanie
  • Anschluss
  • Accord de Munich
  • Pacte nazi-soviétique
  • Pacte germano-japonais
  • Atrocités allemandes
  • Invasion de la Finlande
  • Ferdinand von Bredow
  • Hugo Bleicher
  • Edouard Bloch
  • Susanne von der Borch
  • Eva Braun
  • Gretl Braun
  • Ilse Braun
  • Norah Briscoe
  • Paul Briscoe
  • Wallace R. Deuel
  • Otto Dibelius
  • Otto Dix
  • Gertrud Draber
  • Erich Dressler
  • Elsbeth Emmerich
  • Effie Engel
  • Hedwige Ertl
  • Inge Fehr
  • Fête de Joachim
  • Festival Johannes
  • Fritz Fink
  • Erich Fromm
  • August von Galen
  • Marianne Gartner
  • Fritz Gerlich
  • Ima Grese
  • Gustave Gründgens
  • Magda Goebbels
  • Adam Grolsch
  • Franz Gürtner
  • Erwin Hammel
  • Reinhold Hanisch
  • Veit Harlan
  • Fritz Hartnagel
  • Konrad Heiden
  • Martin Heidegger
  • Armin Hertz
  • Rolf Heberer
  • Lina Heydrich
  • Gudrun Himmler
  • Heinrich Himmler
  • Margarete Himmler
  • Ilse Hirsch
  • Henriette Hoffmann
  • Stéphanie de Hohenlohe
  • Ernst Junger
  • Hans Junge
  • Traudl Junge
  • Gustave von Kahr
  • Wolfgang Kapp
  • Erich Kempka
  • Egon Erwin Kisch
  • Erich Klausener
  • Erich Koch
  • Hildegarde Koch
  • Île de Koch
  • Ilse Koehn
  • Août Kubizek
  • Anne Lehmann
  • Wilhelm Leuschner
  • Herbert Lutz
  • Inge Neuberger
  • Ernst Oberfohren
  • Friedrich Olbricht
  • Franz von Papen
  • Hedwige Potthast
  • Thomas Mann
  • Melita Maschmann
  • Émile Maurice
  • Karl Mayr
  • Hans Mend
  • Ruth Mendel
  • Unité Mitford
  • Renate Mueller
  • Arthur Nebe
  • Inge Neuberger
  • Rudolf Olden
  • Franz von Papen
  • Irmgard Paul
  • Léopold Potsch
  • Adolf Rall
  • Geli Raubal
  • Karma Rauhut
  • Maria Reiter
  • Leni Riefenstahl
  • Karl Ritter
  • Seigneur Rothermere
  • Sac d'Alfons
  • Ernst Schmidt
  • Helga Schmidt
  • Élisabeth Scholl
  • Madeleine Scholl
  • Robert Scholl
  • Werner Scholl
  • Gertrud Scholtz-Klink
  • Christa Schroeder
  • William L. Shirer
  • Truman Smith
  • Pierre Josef
  • Fritz Tobias
  • Ernst Torgler
  • Bert Trautmann
  • Tomi Ungerer
  • Rebecca Weisner
  • Christa Loup
  • Johanna Loup
  • Gerda Zorn
  • Konrad Adenauer
  • Hannah Arendt
  • Karl Barth
  • Ludwig Beck
  • Ernst Bergmann
  • Edouard Bernstein
  • Heinrich Blücher
  • Dietrich Bonhoffer
  • Klaus Bonhoffer
  • Willy Brandt
  • Rudolf Breitscheid
  • Bertolt Brecht
  • Axel von dem Bussche
  • Georgi Dimitrov
  • Otto Dix
  • Hans Dohnanyi
  • Erich Fellgiebel
  • Frank Foley
  • Victor Frankl
  • Kurt Gerstein
  • Hans Gisevius
  • Carl Goerdeler
  • Willi Graf
  • Christiane Grautoff
  • Georges Grosz
  • Herschel Grynszpan
  • Heinrich Gruber
  • Werner von Haeften
  • Falk Harnack
  • Paul von Hase
  • Ulrich von Hassell
  • John Heartfield
  • Wolf von Helldorf
  • Hans Hirzel
  • Susanne Hirzel
  • Erich Hoepner
  • Casar von Hofacker
  • Erich Honecker
  • Kurt Huber
  • Otto Jean
  • Jakob Kaiser
  • Egon Erwin Kisch
  • Edwald Kleist-Schmenzin
  • Gunther von Kluge
  • Kathe Kollwitz
  • Heinz Kucharski
  • Traute Lafrenz
  • Carl Langbehn
  • Jules Leber
  • Hans Leipelt
  • Katharina Leipelt
  • Marinus van der Lubbe
  • Erika Mann
  • Heinrich Mann
  • Klaus Mann
  • Helmuth von Moltke
  • Josef Muller
  • Erich Muhsam
  • Zenzl Muhsam
  • Willie Munzenberg
  • Martin Niemöller
  • Hans Ulrich von Oertzen
  • Hans Oster
  • Friedrich Olbricht
  • Rudolf Olden
  • Erwin Piscator
  • Hubert Pollack
  • Johannes Popitz
  • Blagoi Popov
  • Christoph Probst
  • Albrecht Metz von Quirnheim
  • Lilo Ramdohr
  • Adolf Reichwein
  • Kurt Rosenfeld
  • Greta Rothe
  • Fabien Schlabrendorff
  • Alexandre Schmorell
  • Hans Scholl
  • Inge Scholl
  • Sophie Scholl
  • Richard Sorge
  • Claus von Stauffenberg
  • Günther Stern
  • Helmuth Stief
  • Carl-Heinrich von Stülpnagel
  • Vassili Tanev
  • Ernst Thalmann
  • Karl Freiherr von Thüngen
  • Ernst Toller
  • Henning von Tresckow
  • Adam de Trot
  • Walter Ulbricht
  • Edouard Wagner
  • Josef Wirmer
  • Juegen Wittenstein
  • Erwin von Witzleben
  • Peter von Wartenburg
  • Clara Zetkin
  • Jürgen von Arnium
  • Hermann Noir
  • Fritz Bayerlein
  • Ludwig Beck
  • Werner von Blomberg
  • Guenther Blumentritt
  • Fedor von Bock
  • Heinrich von Brauchitsch
  • Ernst Busch
  • Guillaume Canaris
  • Kurt Daluege
  • Joseph Dietrich
  • Karl Doenitz
  • Adolf Eichmann
  • Alexandre de Falkenhausen
  • Werner von Fitsch
  • Erich Fromm
  • Adolf Galland
  • Hermann Goering
  • Heinz Guderian
  • Franz Halder
  • Erich Hartmann
  • Kurt Hammerstein-Equord
  • Gothard Heinrici
  • Adolf Heusinger
  • Erich Hoepner
  • Herman Hoth
  • Hans Hube
  • Alfred Jodl
  • Wilhelm Keitel
  • Albert Kesselring
  • Paul von Kleist
  • Gunther von Kluge
  • George von Kuechler
  • Wilhelm Leeb
  • Joachim Lemelsen
  • Liste de Siegmund
  • Erich von Manstein
  • Hasso Manteuffel
  • Erhard Miltch
  • Modèle Walther
  • Werner Moelders
  • Walther Nehring
  • Freidrich Paulus
  • Gunther Prien
  • Erich Raeder
  • Walther von Reichenau
  • Wolfram von Richthofen
  • Erwin Rommel
  • Hans Ulrich Rudel
  • Gerd von Rundstedt
  • Friedrich Schorner
  • Fabin Schlabrendorff
  • Kurt von Schleicher
  • Rudolf Schmundt
  • Hans von Seeckt
  • Fridolin von Senger
  • Otto Skorzeny
  • Hans Speidel
  • Hugo Sperrle
  • Jürgen Stroop
  • George Stumme
  • Kurt étudiant
  • Carl Stulpnagel
  • Kurt von Tippelskirch
  • Guillaume de Thoma
  • Henning von Tresckow
  • Ernst Udet
  • Heinrich Vietinghoff
  • Walther Warlimont
  • Siegfried Westphal
  • Karl Wolff
  • Erwin von Witzleben
  • Kurt Zeitzler
  • Armée allemande
  • Sturm Abteilung (SA)
  • Marine allemande
  • Luftwaffe
  • Schutz Staffeinel (SS)
  • Waffen SS
  • Allemagne nazie
  • La jeunesse d'Adolf Hitler
  • Courrier quotidien et Adolf Hitler
  • Adolf Hitler et la Première Guerre mondiale
  • Le Parti des travailleurs allemands
  • Qui a mis le feu au Reichstag ?
  • Adolf Hitler l'orateur
  • Les syndicats dans l'Allemagne nazie
  • La jeunesse hitlérienne
  • Sturmabteilung (SA)
  • Jour J : ouverture du deuxième front
  • Ligue allemande des filles
  • La nuit des longs couteaux
  • Étude de cas : Sophie Scholl
  • Évaluation du pacte nazi-soviétique
  • Journaux britanniques et Adolf Hitler
  • Nuit de cristal
  • Groupe antinazi de la rose blanche
  • Adolf Hitler contre John Heartfield
  • Les femmes dans l'Allemagne nazie
  • La Volkswagen d'Hitler
  • Heinrich Himmler et les SS
  • Assassinat de Reinhard Heydrich
  • Les derniers jours d'Adolf Hitler

Une brève histoire du parti nazi

Le parti nazi était un parti politique en Allemagne, dirigé par Adolf Hitler de 1921 à 1945, dont les principes centraux comprenaient la suprématie du peuple aryen et blâmant les Juifs et d'autres pour les problèmes en Allemagne. Ces croyances extrêmes ont finalement conduit à la Seconde Guerre mondiale et à l'Holocauste. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le parti nazi a été déclaré illégal par les puissances alliées occupantes et a officiellement cessé d'exister en mai 1945.

(Le nom « Nazi » est en fait une version abrégée du nom complet du parti : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ou NSDAP, qui se traduit par « Parti national-socialiste des travailleurs allemands. »)


Aujourd'hui dans l'histoire du travail : les nazis détruisent les syndicats

Le 2 mai 1933, les troupes d'assaut d'Adolf Hitler ont occupé tous les sièges des syndicats à travers l'Allemagne, et les dirigeants syndicaux ont été arrêtés et mis en prison ou dans des camps de concentration. Beaucoup ont été battus et torturés. Tous les fonds des syndicats, autrement dit l'argent des travailleurs, ont été confisqués. D'anciens responsables syndicaux ont été mis sur des listes noires, les empêchant de trouver du travail.

Ce fut l'un des premiers actes d'Hitler et des nazis, qui venaient d'arriver au pouvoir en Allemagne quelques mois plus tôt, en janvier 1933. Le mouvement ouvrier allemand était l'un des plus importants et des plus puissants au monde, avec quelque 7 millions de membres. à l'époque. Les nazis, tout comme certains militants d'extrême droite dans notre propre pays à l'époque et aujourd'hui, ont vu que les syndicats exerçaient un pouvoir important en représentant les intérêts des travailleurs et en promouvant une perspective humanitaire démocratique parmi les travailleurs. Les syndicats ont présenté un obstacle à l'effort nazi pour contrôler tous les domaines de la vie et créer un État corporatiste-fasciste. Par conséquent, les nazis ont fait une priorité d'éliminer les syndicats en Allemagne.

À leur place, Hitler a mis en place un « Front du travail allemand », qui comprenait à la fois des employeurs et des travailleurs. Sous prétexte de fournir des avantages et des services aux travailleurs, il a soutenu le programme nazi raciste et pro-entreprise et a propagé la propagande nazie parmi les travailleurs. Les Juifs ont été interdits d'adhésion. La négociation collective et le droit de grève sont interdits. Les salaires et les conditions de travail étaient décidés par les fonctionnaires hitlériens. En conséquence, les salaires ont été gelés et la semaine de travail moyenne a augmenté de 20 % en quelques années seulement.

La destruction des syndicats par Hitler a été soutenue par d'importants chefs d'entreprise allemands et des politiciens conservateurs qui partageaient la peur nazie d'une révolution socialiste pendant les turbulentes années 1920 et au début des années '821730. Beaucoup de ces personnes voulaient des restrictions ou l'abolition complète des syndicats, qu'ils considéraient comme devenus "trop ​​puissants". C'était l'une des raisons pour lesquelles de nombreux conservateurs ont aidé les nazis à prendre le pouvoir et ont rejoint ou soutenu le gouvernement d'Hitler.

Entre 1933 et 1945, des milliers de syndicalistes allemands ont été arrêtés et emprisonnés, et beaucoup ont été torturés, exécutés ou envoyés dans des camps de concentration.

Ainsi, la défaite d'Hitler et la libération de l'Allemagne du nazisme ont représenté une victoire capitale pour la classe ouvrière allemande et le reste du monde. Mais la lutte pour les droits du travail continue, comme nous le voyons quotidiennement dans notre propre pays.

Photo : les communistes et les syndicalistes ont été parmi les premières cibles d'Hitler. Ici, des nazis se rassemblent devant le siège du Parti communiste allemand (KPD) en 1933 à Berlin. Les slogans sur le bâtiment incluent : Contre la guerre, le fascisme, la faim - pour le travail, le pain et la liberté. Robert Sennecke, Bibliothèque nationale de France, Wikimedia Commons


Maréchal de l'armée allemande (Wehrmacht), chef du haut commandement suprême des forces armées allemandes (OKW) et chef de la défense pour l'Allemagne, chef d'état-major d'Hitler.

Chef de la chancellerie du parti nazi (un rôle auparavant appelé adjoint du Führer jusqu'à ce que Hess fasse défection et que Bormann le remplace par le nouveau titre), secrétaire privé personnel d'Hitler, contrôlant toutes les informations transmises à et depuis Hitler et contrôleur de tous les accès personnels à Hitler. Il avait l'approbation finale sur toutes les lois et le contrôle de facto sur toutes les questions internes.


Le parti nazi

Le 5 janvier 1919, Anton Drexler, avec Gottfried Feder et Dietrich Eckart, fondent le Deutsche Arbeiterpartei DAP (Parti des travailleurs allemands). Drexler voulait former un parti qui soutenait la main-d'œuvre allemande. Dès ses débuts, le parti s'est orienté vers une politique de droite. Elle était nationaliste, raciste, antisémite, anticapitaliste, anticommuniste et déterminée à voir un retour à l'Allemagne d'avant-guerre.

Bien que le groupe ne comptait qu'une quarantaine de membres en 1919, les autorités craignaient qu'il ne s'agisse d'un groupe communiste et ont donc envoyé un agent de renseignement de l'armée, Adolf Hitler, pour enquêter.

Le 12 septembre 1919, Adolf Hitler assista à une réunion du Parti des travailleurs allemands. Au cours de la réunion, un point a été soulevé avec lequel Hitler n'était pas d'accord et a fait un discours passionné contre. Anton Drexler a été impressionné par la capacité d'Hitler à bien parler et l'a invité à se joindre à la fête. Après quelques persuasion, Hitler accepta. Il était la cinquante-cinquième personne à rejoindre le groupe. (Plus tard, il a changé sa carte de membre pour montrer qu'il était la 7e personne).

Le 24 février 1920, le nom du groupe a été changé en Deutsche Nationalsozialistische Arbeiterpartei NSDP Parti national-socialiste des travailleurs allemands, connu sous le nom de parti nazi. Dans le cadre de sa relance, le parti a publié son programme en 25 points :

1. Nous exigeons l'unification de tous les Allemands de la Grande Allemagne sur la base du droit à l'autodétermination des peuples.

2. Nous demandons l'égalité des droits du peuple allemand à l'égard des autres nations l'abrogation des traités de paix de Versailles et de Saint-Germain.

3. Nous exigeons des terres et des territoires (colonies) pour la subsistance de notre peuple, et la colonisation pour notre excédent de population.

4. Seul un membre de la race peut être citoyen. Un membre de la race ne peut être que de sang allemand, sans considération de croyance. Par conséquent, aucun juif ne peut être membre de la race.

5. Quiconque n'a pas la nationalité ne peut vivre en Allemagne qu'en qualité d'invité et doit être soumis à la législation relative aux étrangers.

6. Le droit de décider des questions concernant l'administration et la loi appartient uniquement au citoyen. C'est pourquoi nous exigeons que toute fonction publique, de quelque nature que ce soit, que ce soit dans le Reich, le comté ou la municipalité, ne soit remplie que par des citoyens. Nous combattons l'économie parlementaire corrompue, n'occupant des postes que selon les inclinations du parti sans considération de caractère ou de capacités.

7. Nous exigeons que l'État soit chargé d'abord de fournir aux citoyens la possibilité de gagner leur vie et d'avoir un mode de vie. S'il est impossible de soutenir la population totale de l'État, alors les membres des nations étrangères (non-citoyens) doivent être expulsés du Reich.

8. Toute nouvelle immigration de non-ressortissants doit être empêchée. Nous exigeons que tous les non-Allemands qui ont immigré en Allemagne depuis le 2 août 1914 soient contraints de quitter immédiatement le Reich.

9. Tous les citoyens doivent avoir les mêmes droits et obligations.

10. La première obligation de chaque citoyen doit être de travailler à la fois spirituellement et physiquement. L'activité des individus n'est pas de contrecarrer les intérêts de l'universalité, mais doit avoir son résultat dans le cadre de l'ensemble au profit de tous En conséquence nous exigeons :

11. Abolition des revenus non gagnés (du travail et du travail). Rupture de l'esclavage de la rente.

12. Compte tenu du sacrifice monstrueux en biens et en sang que chaque guerre exige du peuple, l'enrichissement personnel par une guerre doit être qualifié de crime contre le peuple. C'est pourquoi nous exigeons la confiscation totale de tous les profits de guerre.

13. Nous exigeons la nationalisation de toutes les (anciennes) industries associées (trusts).

14. Nous exigeons un partage des bénéfices de toutes les industries lourdes.

15. Nous exigeons une expansion à grande échelle de la protection de la vieillesse.

16. Nous exigeons la création d'une classe moyenne saine et sa conservation, la communalisation immédiate des grands entrepôts et leur location à bas prix aux petites entreprises, la plus grande considération de toutes les petites entreprises dans les contrats avec l'État, le comté ou la municipalité.

17. Nous exigeons une réforme agraire adaptée à nos besoins, la mise en place d'une loi d'expropriation gratuite des terres pour cause d'utilité publique, la suppression des impôts fonciers et la prévention de toute spéculation foncière.

18. Nous exigeons une lutte sans considération contre ceux dont l'activité est préjudiciable à l'intérêt général. Les criminels nationaux ordinaires, les usuriers, Schieber et ainsi de suite doivent être punis de mort, sans considération de confession ou de race.

19. Nous exigeons la substitution d'un droit commun allemand à la place du droit romain au service d'un ordre mondial matérialiste.

20. L'Etat doit être responsable d'une reconstruction fondamentale de l'ensemble de notre programme d'éducation nationale, afin de permettre à chaque Allemand capable et industrieux d'obtenir un enseignement supérieur et par la suite d'accéder à des postes de direction. Les plans d'instruction de tous les établissements d'enseignement doivent se conformer aux expériences de la vie pratique. La compréhension du concept d'État doit être recherchée par l'école [Staatsbuergerkunde] dès le début de la compréhension. Nous exigeons l'éducation aux frais de l'Etat d'enfants remarquables intellectuellement doués de parents pauvres sans considération de position ou de profession.

21. L'État doit veiller à l'amélioration de la santé nationale en protégeant la mère et l'enfant, en interdisant le travail des enfants, en encourageant la forme physique, en établissant légalement une obligation de gymnastique et de sport, en soutenant sans réserve toutes les organisations concernées par l'instruction physique des jeunes.

22. Nous exigeons l'abolition des troupes mercenaires et la formation d'une armée nationale.

23. Nous exigeons l'opposition légale aux mensonges connus et leur diffusion par la presse. Afin de permettre la mise à disposition d'une presse allemande, nous exigeons que :

une. Tous les rédacteurs et employés des journaux paraissant en langue allemande sont membres de la course :

b. Les journaux non allemands doivent avoir l'autorisation expresse de l'État pour être publiés. Ils ne peuvent pas être imprimés en allemand :

c. La loi interdit aux non-Allemands tout intérêt financier dans les publications allemandes, ou toute influence sur celles-ci, et comme punition pour les violations la fermeture d'une telle publication ainsi que l'expulsion immédiate du Reich des non-Allemands concernés. Les publications contraires à l'intérêt général sont interdites. Nous exigeons des poursuites judiciaires contre les formes artistiques et littéraires qui exercent une influence destructrice sur notre vie nationale, et la fermeture des organisations s'opposant aux revendications ci-dessus.

24. Nous exigeons la liberté de religion pour toutes les confessions religieuses au sein de l'État tant qu'elles ne mettent pas en danger son existence ou ne s'opposent pas aux sens moraux de la race germanique. Le Parti en tant que tel prône le point de vue d'un christianisme positif sans se lier confessionnellement à aucune confession. Elle combat l'esprit judéo-matérialiste en nous et autour de nous, et est convaincue qu'un redressement durable de notre nation ne peut réussir que de l'intérieur sur le cadre : l'utilité commune précède l'utilité individuelle.

25. Pour l'exécution de tout cela, nous exigeons la formation d'un pouvoir central fort dans le Reich. Autorité illimitée du parlement central sur l'ensemble du Reich et ses organisations en général. La formation de chambres d'État et de profession pour l'exécution des lois faites par le Reich dans les différents États de la confédération. Les chefs du Parti promettent, au besoin en sacrifiant leur propre vie, de soutenir par l'exécution des points énoncés ci-dessus sans considération.

Année


Allemagne nazie

Au risque d'avoir l'air de dire des bêtises, je vous dis que le mouvement nazi va durer 1000 ans !

Adolf Hitler à un journaliste britannique

Au début des années 1930, le parti nazi d'Adolf Hitler a exploité le mécontentement généralisé et profondément enraciné en Allemagne pour attirer un soutien populaire et politique. Il y avait du ressentiment à l'égard des termes territoriaux, militaires et économiques paralysants du traité de Versailles, qu'Hitler a imputé à des politiciens traîtres et a promis de renverser. La République démocratique de Weimar après la Première Guerre mondiale a été marquée par un gouvernement de coalition faible et une crise politique, en réponse à laquelle le parti nazi a offert un leadership fort et une renaissance nationale. À partir de 1929, la dépression économique mondiale a provoqué une hyperinflation, des troubles sociaux et un chômage de masse, auxquels Hitler a offert des boucs émissaires tels que les Juifs.

Hitler a promis la paix civile, des politiques économiques radicales et le rétablissement de la fierté et de l'unité nationales. La rhétorique nazie était virulente nationaliste et antisémite. Les Juifs « subversifs » étaient présentés comme responsables de tous les maux de l'Allemagne.

Lors des élections fédérales de 1930 (qui ont suivi le krach de Wall Street), le parti nazi a remporté 107 sièges au Reichstag (le Parlement allemand), devenant le deuxième parti en importance. L'année suivante, il a plus que doublé ses sièges. En janvier 1933, le président von Hindenburg nomma Hitler chancelier, estimant que les nazis pouvaient être contrôlés de l'intérieur du cabinet. Hitler entreprit de consolider son pouvoir, de détruire la démocratie de Weimar et d'établir une dictature. Le 27 février, le Reichstag incendié, le communiste néerlandais Marianus van der Lubbe a été retrouvé à l'intérieur, arrêté et inculpé d'incendie criminel. Le Parti communiste étant discrédité et interdit, les nazis ont adopté le décret sur l'incendie du Reichstag, qui a considérablement réduit les libertés civiles.

Lire la suite de : Hitler

10 choses que vous ne saviez pas sur Hitler

En mars 1933, les nazis ont utilisé l'intimidation et la manipulation pour adopter la loi d'habilitation, qui leur a permis d'adopter des lois qui n'avaient pas besoin d'être votées au Reichstag. Au cours de l'année suivante, les nazis ont éliminé toute l'opposition politique restante, interdisant les sociaux-démocrates et forçant les autres partis à se dissoudre. En juillet 1933, l'Allemagne est déclarée État à parti unique. Dans la « Nuit des longs couteaux » de juin 1934, Hitler ordonna à la Gestapo et aux SS d'éliminer les rivaux au sein du parti nazi. En 1935, les lois de Nuremberg marquèrent le début d'une persécution antisémite institutionnalisée qui culminera dans la barbarie de la « Solution finale ».

Les premiers gestes d'Hitler pour renverser la colonie de Versailles ont commencé avec le réarmement de l'Allemagne et, en 1936, il a ordonné la remilitarisation de la Rhénanie. Hitler est devenu plus audacieux lorsqu'il a réalisé que la Grande-Bretagne et la France ne voulaient ni ne pouvaient défier l'expansionnisme allemand. Entre 1936 et 1939, il a fourni une aide militaire aux forces fascistes de Franco pendant la guerre civile espagnole, malgré la signature de l'« accord de non-intervention ». En mars 1938, les troupes allemandes entrèrent en Autriche le Anschluss était interdit sous Versailles. L'engagement anglo-français en faveur de l'apaisement et de la « paix pour notre temps » signifiait que lorsque Hitler a provoqué la « crise des Sudètes », exigeant que les Sudètes soient cédées à l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la France ont accepté ses demandes lors de la conférence de Munich de septembre 1938. L'expansion territoriale de l'Allemagne vers l'Est a été motivée par le désir d'Hitler d'unir les peuples germanophones, ainsi que par le concept de Lebensraum: l'idée de fournir aux Allemands aryens un « espace vital ».

À la fin de l'année, des pogroms antijuifs ont éclaté en Allemagne et en Autriche. Nuit de cristal – une attaque orchestrée par l'État contre des biens juifs – a entraîné le meurtre de 91 Juifs. Vingt mille autres ont été arrêtés et transportés dans des camps de concentration. En mars 1939, l'Allemagne s'empara du reste de la Tchécoslovaquie en août, Hitler signa le pacte germano-soviétique de non-agression avec l'URSS. La prochaine étape serait l'invasion de la Pologne et l'avènement de la Seconde Guerre mondiale.

Le saviez-vous?

Quand Adolf Hitler était un artiste en difficulté et frappé par la pauvreté à Vienne, il ne montrait aucun signe d'antisémitisme. Beaucoup de ses associés les plus proches dans l'auberge où il vivait étaient les hommes juifs qui l'aidaient à vendre ses photos.

Lors des Jeux olympiques de Berlin de 1936, Hitler refusa de serrer la main de l'Afro-américain Jesse Owens, qui remporta quatre médailles d'or. Cependant, interrogé à ce sujet, Owens a déclaré : Hitler ne m'a pas snobé - c'est FDR qui m'a snobé. Le président ne m'a même pas envoyé de télégramme.


Après la Seconde Guerre mondiale, la plupart des « nazis ordinaires » sont revenus à des vies obscures. Le monde doit récupérer ses histoires avant qu'il ne soit trop tard

Parmi les nombreuses tragédies de la crise actuelle du COVID-19, il y a le grand nombre de survivants de l'Holocauste qui comptent parmi les victimes de la maladie. Ces dernières semaines, des journaux du monde entier ont publié des notices nécrologiques émouvantes de Juifs qui, il y a plus de trois quarts de siècle, ont fui les persécutions, se sont cachés ou ont survécu aux horreurs des camps de concentration. Un certain nombre de ces hommages ont même réfléchi sur un monde dans un avenir pas trop lointain dans lequel il n'y aura plus de survivants de l'Holocauste pour partager leur témoignage. Les éducateurs étant conscients de cette situation, des hologrammes des survivants restants ont été produits, afin que les générations futures puissent se poser des questions sur la vie dans l'Europe des années 30 et 40.

Mais alors que les survivants de l'Holocauste de première et de deuxième génération ne sont souvent pas étrangers à l'exposition publique qui accompagne l'éducation de leurs communautés sur le passé, on ne peut pas en dire autant de la plupart des anciens nazis et des enfants des auteurs, dont la participation ou la relation avec le Le Troisième Reich n'a pas fait l'objet du même niveau d'intérêt public ou d'examen minutieux.

Après la guerre, la plupart des agents nazis et de la Gestapo ordinaires, des auxiliaires S.S. et S.A., des membres du parti et des représentants du gouvernement, ainsi que des citoyens allemands qui ont embrassé la rhétorique du parti et mdash sont tombés dans une relative obscurité et ont pu créer de nouvelles fausses identités et rompre avec leur passé. Ils ont été aidés par un silence au sein des familles et au sein du régime qui a persisté pendant des décennies. Lorsque les procès d'après-guerre contre les nazis ont eu lieu, ils ont généralement ignoré les fonctionnaires de bas niveau et les tueurs et visaient à condamner uniquement les membres éminents du régime. Entre 1945 et 1958, seuls 6 093 anciens nazis ont été reconnus coupables d'avoir commis un crime&mdasha goutte dans l'océan quand on se souvient qu'en 1945 le parti nazi comptait huit millions de membres. Malgré la multitude de personnes prises dans le nazisme avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, la plupart d'entre nous ne peuvent, aujourd'hui, nommer qu'une poignée de nazis, presque toujours ceux qui faisaient partie du cercle restreint d'Hitler.

Dans ce contexte, il n'est pas surprenant que nous ne voyions pas couramment d'histoires dans les journaux allemands d'auteurs de l'Holocauste ou de leurs descendants affectés par le virus. En regardant les chiffres, nous découvrons que plus de 5 000 des 8 700 décès et plus liés au COVID en Allemagne étaient des personnes âgées de plus de 80 ans. La logique veut que beaucoup de ces personnes, qui auraient été des enfants ou des adolescents s'ils avaient vécu en Allemagne pendant la Le Troisième Reich avait probablement des parents qui constituaient des millions d'adeptes sans nom et sans visage d'Hitler. D'autres décès dus au nouveau coronavirus en Allemagne étaient à la fin de l'adolescence et même au début de la vingtaine pendant la Seconde Guerre mondiale, plus de 1 600 des personnes décédées avaient plus de 90 ans, tandis que des dizaines avaient plus de cent ans.

Tout comme nous commençons à imaginer un monde sans survivants, la disparition de ceux qui ont des souvenirs de première main de la vie sous le nazisme nous oblige à nous arrêter un instant et à nous poser des questions sur un monde sans auteurs, et, aussi, un monde qui ne contient toute personne qui a connu, grandi avec ou même aimé un nazi.

Perdre ces souvenirs est important. Pour comprendre le fonctionnement interne du Troisième Reich, nous devons connaître non seulement ses dirigeants, mais les nazis ordinaires qui composaient ses rangs, dont le rôle dans la guerre et le génocide a disparu des archives historiques. L'acte de récupérer les voix des auteurs met en lumière le consentement et la conformité sous la croix gammée, nous permettant de poser de nouvelles questions sur la responsabilité, le blâme et la manipulation.

En 2011, un tapissier d'Amsterdam a trouvé un paquet de documents recouverts d'une croix gammée à l'intérieur du coussin d'un fauteuil qu'il réparait. Les papiers appartenaient à Robert Griesinger, un avocat de Stuttgart qui était un membre SS travaillant pour le Reich dans la Prague occupée par les nazis. Jana, la propriétaire tchèque du fauteuil avait acheté la chaise alors qu'elle était étudiante à Prague dans les années 1960. En tant qu'historien professionnel de la Seconde Guerre mondiale, que la fille de Jana connaissait par hasard, on m'a demandé d'enquêter sur le mystère des papiers cachés. J'ai immédiatement entrepris d'en découvrir plus sur ce fonctionnaire S.S., qui n'était mentionné dans aucun livre sur Prague occupée ni nulle part en ligne. Les résultats sont devenus mon nouveau livre Le fauteuil S.S. Officier.

Ma recherche de Griesinger devait durer cinq ans. Cela me conduirait dans des villes de province allemandes où il avait étudié et travaillé, ainsi que dans des archives et des bibliothèques à travers l'Europe et l'Amérique. J'ai découvert très tôt que Griesinger n'était pas aussi allemand que je le pensais et que son père, né à la Nouvelle-Orléans, était issu d'une famille qui possédait des esclaves en Louisiane. Griesinger a grandi dans une famille militaire conservatrice, ce qui était typique de l'époque et du lieu et accusait les Juifs d'avoir déclenché la Grande Guerre. Il n'était pas inévitable que Griesinger se tourne vers le nazisme, mais il est frappant de constater avec quelle rapidité il s'y est adapté. En tant que jeune juriste cherchant à faire carrière dans un paysage politique sans précédent, Griesinger n'était même pas membre du parti nazi au début de 1933, mais en moins d'un an, il avait rejoint une multitude d'organisations nazies, dont la SS, pour l'avancement de carrière.

J'ai ensuite réussi à retrouver ses filles et même à lire le journal de sa mère. Son histoire a offert un rappel effrayant de la façon dont des gens ordinaires, et non des monstres, ont fait le régime nazi et ses crimes odieux.

Rendre la texture et l'agence à l'un de ces auteurs permet à Griesinger de remplacer les milliers de nazis anonymes ordinaires dont la culpabilité généralisée a fait des ravages dans d'innombrables vies et dont les biographies n'ont, jusqu'à présent, jamais vu le jour. Tant d'autres histoires comme la sienne n'ont jamais été écrites et, étant donné le nombre rapidement décroissant de personnes encore capables de se souvenir d'éléments personnels de ces individus, on se demande si elles seront jamais écrites.


Evacuation et libération de Buchenwald

Alors que les forces soviétiques pénétraient dans la Pologne occupée par les Allemands, les Allemands évacuèrent des milliers de prisonniers des camps de concentration nazis. Après de longues marches brutales, plus de 10 000 prisonniers faibles et épuisés d'Auschwitz et de Gross-Rosen, pour la plupart juifs, arrivèrent à Buchenwald en janvier 1945. En février, le nombre de prisonniers à Buchenwald atteignit 112 000.

Début avril 1945, alors que les forces américaines approchaient du camp, les Allemands commencèrent à évacuer quelque 28 000 prisonniers du camp principal et plusieurs milliers de prisonniers supplémentaires des sous-camps de Buchenwald. Il n'y a aucune trace des décès résultant de la famine, de l'exposition, de l'épuisement ou du meurtre par des gardes.

The underground resistance organization in Buchenwald, whose members held key administrative posts in the camp, saved many lives. They obstructed Nazi orders and delayed the evacuation.

On April 11, 1945, in expectation of liberation, prisoners stormed the watchtowers. They seized control of the camp. Later that afternoon, US forces entered Buchenwald. Soldiers from the 6th Armored Division, part of the Third Army, found more than 21,000 people in the camp.

Between July 1937 and April 1945, the SS imprisoned some 250,000 persons from all countries of Europe in Buchenwald. Exact mortality figures for the Buchenwald site can only be estimated, as camp authorities never registered a significant number of the prisoners. The SS murdered at least 56,000 male prisoners in the Buchenwald camp system. Some 11,000 of them were Jews.


Nazi Germany (Leaders & Main Events) Revision - History

This site contains the complete Treaty of Versailles as well as maps and related material.

This site discusses many of the ideas contained within Mein Kampf.

After Hitler was released from prison, he formally resurrected the Nazi Party. Hitler began rebuilding and reorganizing the Party, waiting for an opportune time to gain political power in Germany. The Conservative military hero Paul von Hindenburg was elected president in 1925, and Germany stabilized.

Hitler skillfully maneuvered through Nazi Party politics and emerged as the sole leader. The Führerprinzip, or leader principle, established Hitler as the one and only to whom Party members swore loyalty unto death. Final decision making rested with him, and his strategy was to develop a highly centralized and structured party that could compete in Germany's future elections. Hitler hoped to create a bureaucracy which he envisioned as "the germ of the future state."

The Nazi Party began building a mass movement. From 27,000 members in 1925, the Party grew to 108,000 in 1929. The SA was the paramilitary unit of the Party, a propaganda arm that became known for its strong arm tactics of street brawling and terror. The SS was established as an elite group with special duties within the SA, but it remained inconsequential until Heinrich Himmler became its leader in 1929. By the late twenties, the Nazi Party started other auxiliary groups. The Hitler Youth , the Student League and the Pupils' League were open to young Germans. The National Socialist Women's League allowed women to get involved. Different professional groups--teachers, lawyers and doctors--had their own auxiliary units.

Reich president Paul von Hindenburg's advisers persuaded him to invoke the constitution's emergency presidential powers. These powers allowed the president to restore law and order in a crisis. Hindenburg created a new government, made up of a chancellor and cabinet ministers, to rule by emergency decrees instead of by laws passed by the Reichstag. So began the demise of the Weimar democracy.

Heinrich Brüning was the first chancellor under the new presidential system. He was unable to unify the government, and in September 1930, there were new elections. The Nazi Party won an important victory, capturing 18.3% of the vote to make it the second largest party in the Reichstag.

The Great Depression has a large impact on Germany.

Germany's government remained on the brink of collapse. The SA brownshirts, about 400,000 strong, were a part of daily street violence. The economy was still in crisis. In the election of July 1932, the Nazi Party won 37% of the Reichstag seats, thanks to a massive propaganda campaign. For the next six months, the most powerful German leaders were embroiled in a series of desperate political maneuverings. Ultimately, these major players severely underestimated Hitler's political abilities.

A more complete account of the complexity of German politics in 1932 is available.

Interactive quiz on the rise of the Nazi Party.

Lesson plans, discussion questions, term paper topics, reproducible handouts, and other resources for teaching about the rise of the Nazi Party are available here.


The ugly history of ‘Lügenpresse,’ a Nazi slur shouted at a Trump rally

BERLIN — When a video of two Donald Trump supporters shouting “Lügenpresse” (lying press) started to circulate Sunday, viewers from Germany soon noted its explosive nature. The defamatory word was most frequently used in Nazi Germany. Today, it is a common slogan among those branded as representing the “ugly Germany”: members of xenophobic, right-wing groups.

Its use across the Atlantic Ocean at a Trump rally has worried Germans who know about its origins all too well. Both the Nazi regime and the East German government made use of it, turning it into an anti-democracy slogan.

“Lügenpresse” was branded a taboo word in Germany in 2015 by an academic panel after anti-Islam movements, such as Pegida, started using it more frequently in the presence of journalists. As in the United States, trust in mainstream media is on the decline in Germany.

The verbal attacks against journalists soon turned into physical violence in Germany. At times, media members were unable to cover the Pegida-organized protest marches without private security personnel. Some reporters who risked going in without bodyguards were beaten up. It is without doubt that the word “Lügenpresse” has an extremely ugly meaning in modern-day Germany.

Its history is even worse, though.

The term emerged way before the Nazis took over in Germany. For instance, the German Defense Ministry released a book titled “The Lügenpresse of Our Enemies” in 1918 during World War I. According to the Frankfurter Allgemeine Zeitung newspaper, the term was coined by Reinhold Anton in 1914. In books, Anton used the term mainly in a foreign context to refer to “enemy propaganda.” It is unclear whether Anton was a pseudonym.

At that time, the word was used more descriptively. A decade later, it had turned into an explosive and stigmatizing propaganda slogan, used to stir hatred against Jews and communists. Critics of Adolf Hitler's regime were frequently referred to as members of the “Lügenpresse apparatus.”

Until today, the word has an anti-Semitic connotation, and it implies hatred not only against journalists but against everyone who opposes the “will of the people.” That abstract concept emerged during World War II when Hitler sought to propagate the idea that Germans were a "master race" superior to all others, especially Jews and Slavic people.

The consequences of that rhetoric — of which the term “Lügenpresse” was an important component under propaganda minister Joseph Goebbels — were horrifying. Millions of people were killed in concentration camps by the Nazis, including Jews, political opponents and homosexuals.

Although the word disappeared from public discourse for almost half a century in democratic West Germany, it continued to flourish in communist East Germany, where it was used to condemn Western countries, including the United States.


Concentration camps in Nazi Germany

Concentration camps in Nazi Germany served a number of purposes. First, these camps were used to jail those who opposed Hitler’s government or were thought to threaten it. Second, knowledge of what life was like in a concentration camp was allowed to leak out – or came out when someone was released. The fear of ending up in such a camp was sufficient for a great many Germans to openly declare their loyalty to Hitler even if this was not the case. Therefore for the Nazi leaders, concentration camps served the dual purpose of controlling the majority of the population because of the fear they engendered and also locking away those who crossed the line- a line imposed by the Nazi government.

Hitler had no issues with the harshness of these institutions. Even before he became Chancellor in January 1933 he said to Hermann Rauschning:

“We must be ruthless. We must regain our clear conscience as to ruthlessness. Only thus shall we purge our people of their softness and sentimental philistinism, of their easy going nature and their degenerate blight in beer-swilling. We have no time for fine sentiments. I don’t want the concentration camps transferred into penitentiary institutions. Terror is the most effective instrument. I shall not permit myself to be robbed of it simply because a lot of stupid, bourgeois mollycoddlers choose to be offended by it.”

Officially concentration camps were to “reform” those who had expressed opposition to Hitler’s regime and to turn “anti-social members of society into useful members”. Hitler argued that the Weimar constitution made such camps legal but just in case this was not the case, a law was passed on February 28 th 1933 that suspended the personal liberties of dissenters and allowed for them to be kept in “protective custody”.

The first concentration established in Nazi Germany was at Dachau. As the name of the camps suggest, these camps incarcerated a large number of people into a relatively small area – i.e. concentrated their numbers into a small space. Dachau served southern Germany. Very quickly concentration camps were also established at Buchenwald that served middle Germany, and Sachsenhausen that served northern Germany. Others were built at places such as Ravensbrück (for women), Mauthausen in Austria, Flossenberg and Bergen-Belsen.

Those arrested and put into “protective custody” included Jews, trade unionleaders, Socialists, Communists, Roman Catholics and Protestants. In fact, anyone who deviated from Gleichshaltung could be included.

Before the start of World War Two, it is thought that 200,000 people had been sent to a concentration camp. Some were sentenced to a short term in the hope that they would have ‘learned their lesson’ by the time they were released. Others spent far longer in these camps. Those sent to a concentration camp frequently had no trial and consequently they had no right of appeal against the sentence. When World War Two broke out in September 1939 it is known that at that time there were 50,000 inmates in the camps. During the war, the number of inmates greatly increased.

Inmates were put into four groups: political opponents, members of “inferior races”, criminals and the “shiftless element”. Those classed as criminals found the group subdivided further into BV’s and SV’s. BV’s were criminals who had served several short stays in the camps and had been sentenced to another one. SV’s were in secure custody and were serving long term sentences. Homosexuals were classed as part of the “shiftless element” group and post-war research found that they were especially pick-out by guards for appalling treatment and their fatality rate in the camps was very high.

All concentration camp inmates had to wear a sign on their clothing that indicated what group they were from. The sign was worn on the left breast of the jacket and on the right trouser leg. Jews had to wear a yellow Star of David, homosexuals wore a pink triangle, political prisoners had to wear a red triangle while criminals wore a green triangle. Those in the camps who were deemed to be simple wore a jacket with ‘Blöd’ (Stupid) written on it. Those who the guards thought posed a threat with regards to escape had a jacket with a shooting target in red and white on the front and back of their jacket.

As the Allies advanced east and west in 1944 and 1945, camp guards did what they could to destroy any documentary evidence as to the crimes committed at these camps. However, they could not destroy all of the most obvious of evidence – the victims in the actual camps. When the Americans first entered and filmed the concentration camp at Dachau they were horrified at what they saw. The same occurred at Bergen-Belsen when the British relieved the camp. Concentration camp commandants and the guards who could be traced were punished after the war, as were the doctors at Dachau who had performed inhuman operations on camp inmates.

However, despite the arrival of the Allies, the suffering of those in the camps continued. The Allied authorities took the decision that the risk of disease spreading was so great that the inmates were confined to the camps. Food and other essential supplies were brought in but the authorities could not afford risking the spread of typhus or typhoid until that risk had passed. It was only then that a process started whereby those in the camps started their journey home.