USS Jouett (DD-41)

USS Jouett (DD-41)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

USS Jouett (DD-41)

USS Jouett (DD-41) était un destroyer de classe Monaghan qui a participé à l'intervention américaine au Mexique en 1914, puis a largement opéré au large des côtes américaines après l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. Dans les années 1920, il est prêté à la Garde côtière.

Les Jouett a été nommé d'après James Edward Jouett, un officier de la marine américaine pendant la guerre de Sécession qui a participé à la bataille de Mobile Bay en 1864.

Les Jouett a été posé le 7 mars 1911, lancé le 15 avril 1912 et mis en service le 24 mai 1912. Il a rejoint la flotte de torpilles de la flotte de l'Atlantique. Elle a opéré le long de la côte est des États-Unis à partir d'eux jusqu'en 1914.

En 1914, il participa à l'intervention américaine au Mexique, soutenant le débarquement des Marines le 21 avril 1914. Toute personne ayant servi sur lui du 22 avril au 25 mai ou du 31 mai au 12 juin 1914 se qualifia pour la Médaille du service mexicain.

Après l'intervention mexicaine, le Jouett retourna sur la côte Est, où il passa une grande partie de son temps à participer à des manœuvres.

Après l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale en avril 1917, le Jouett exploité à partir de la baie du Delaware. Le 8 août, il part de New York en escortant un convoi de cinq navires à travers l'Atlantique. Elle est ensuite retournée aux États-Unis et a repris ses patrouilles anti-sous-marines.

Le 15 janvier 1918, le Jouett a commencé des expériences avec des dispositifs de détection anti-sous-marins de New London, Connecticut. Cela a duré jusqu'au 4 juin 1918, et elle a ensuite passé le reste de la guerre à opérer avec un groupe anti-sous-marin de chasseurs-tueurs, opérant à nouveau le long de la côte est des États-Unis.

Tous ceux qui ont servi sur elle entre le 25 mai et le 4 octobre 1918 se sont qualifiés pour la Médaille de la Victoire de la Première Guerre mondiale.

Les Jouett a été désarmé le 24 novembre 1919, mais a ensuite été réactivé et prêté à la Garde côtière le 23 avril 1924 pour participer à la « Rum Patrol ». Elle est revenue à la Marine le 22 mai 1931 et a été plus tard vendue pour la ferraille.

Déplacement (standard)

787t

Déplacement (chargé)

883t

Vitesse de pointe

Conception de 29,5 kt
30,89 kts à 14 978 shp à 883 tonnes à l'essai (Trippé)
29,5 nœuds à 13 472 shp à 891 tonnes à l'essai (Henley)

Moteur

Turbines Parsons à 3 arbres
4 chaudières Thornycroft ou Normand ou Yarrow

Varier

2 175 nm à 15 nœuds à l'essai
1 913 nm à 20 nœuds à l'essai

Armure - ceinture

- plate-forme

Longueur

292 pieds 8 pouces

Largeur

27 pieds

Armement

Cinq pistolets 3 pouces/50
Six tubes lance-torpilles de 18 pouces dans des tubes jumeaux

Complément d'équipage

89

Lancé

15 avril 1912

Commandé

24 mai 1912

Sort

Vendu à la ferraille

Livres sur la Première Guerre mondiale | Index des sujets : Première guerre mondiale


Historique des services[modifier | modifier la source]

À la suite d'un entraînement au shakedown qui a duré Jouett en Angleterre et en Irlande, le navire est retourné à Norfolk, en Virginie, le 29 avril 1939 et a commencé à opérer sur la patrouille de neutralité le long des côtes est et du golfe. Elle s'est distinguée de la baie de Pensacola le 15 février 1940 comme l'une des escortes de Tuscaloosa, transportant le président Franklin D. Roosevelt lors d'une croisière dans le golfe de Panama, retournant à Pensacola, en Floride, le 1er mars 1940. Jouett puis mis le cap sur le canal de Panama et le Pacifique, arrivant à Pearl Harbor pour le service le 10 avril 1940.

Le destroyer est resté dans les eaux hawaïennes au cours de l'année suivante, s'exerçant avec des porte-avions et perfectionnant ses tactiques. Naviguant le 18 avril 1941, Jouett accompagné Yorktown par le canal jusqu'à Cuba, puis de là jusqu'à Port of Spain, Trinidad, le 19 mai. Le navire a ensuite rejoint une force de croiseurs et de destroyers sous le commandement du contre-amiral Jonas H. Ingram chargé de se prémunir contre les attaques de surface ou sous-marines allemandes contre les navires américains. Jouett était à Port of Spain le 7 décembre 1941 lorsque l'attaque japonaise sur Pearl Harbor a amené l'Amérique dans la guerre. Le navire a ensuite commencé des patrouilles anti-sous-marines offensives entre le Brésil et l'Afrique, aidant à maintenir les lignes d'approvisionnement océaniques ouvertes. Elle accompagne les ingénieurs de l'armée sur l'île de l'Ascension le 30 mars 1942, où un aérodrome est construit. Jouett convoyé les pétroliers de Trinidad vers le sud au cours des mois qui ont suivi, attaquant souvent des sous-marins avec des grenades sous-marines. En décembre 1942, le navire retourna à Charleston, en Caroline du Sud, pour des réparations, mais le 21 janvier 1943, il était de retour dans le port de Natal, au Brésil.

Jouett reçu le président Getúlio Vargas du Brésil le 27 janvier 1943, lui fournissant des logements ainsi qu'à son parti lors de conférences à bord Humboldt avec le président Roosevelt. À la suite des pourparlers, qui ont cimenté les relations entre les pays et prévu une coopération navale plus étroite, le président Vargas a quitté Jouett le 29 janvier.

Le destroyer vétéran a repris ses fonctions d'escorte en février et le 14 mai s'est joint à la recherche de U-128 au large de Bahia, au Brésil. L'avion a largué des grenades sous-marines sur le sous-marin et l'a ramené à la surface où des coups de feu de Jouett et Moffett l'envoya au fond. Le destroyer a continué à servir dans la force anti-sous-marine de l'amiral Ingram, maintenant 4e flotte, jusqu'à la fin de 1943. Le jour de l'an 1944, il a rejoint Omaha pour la patrouille océanique et les navires ont intercepté le coureur de blocus allemand SS Rio Grande, avec une cargaison de caoutchouc brut. Après que l'équipage eut abandonné le navire, Omaha et Jouett coule le navire allemand. Cette fermeture effective de l'Atlantique Sud aux coureurs de blocus allemands a été démontrée avec encore plus de force le 5 janvier lorsque des avions de patrouille ont signalé un étrange navire s'identifiant comme étant Floridien. Les services de renseignement l'ont cependant identifiée comme un coureur de blocus Bürgenlund. Avant que les attaques aériennes ne commencent Omaha et Jouett l'a captée au radar et s'est rapprochée. Des charges de sabordage et les coups de feu du croiseur l'ont coulé juste après 17h30.

Jouett retourna à Charleston une fois de plus en mars 1944 et s'engagea dans des opérations d'entraînement dans la baie de Casco, dans le Maine, avant de s'embarquer pour l'Angleterre en convoi le 16 mai 1944. Là, il rejoignit un groupe d'appui-feu de réserve pour l'invasion de la France. Jouett arrivé au large d'Omaha Beach le 8 juin, escortant des bateaux à vapeur côtiers avec des troupes de soutien embarquées. Elle a repoussé une attaque aérienne ce jour-là et jusqu'au 21 juin a protégé les croiseurs lourds britanniques pendant le bombardement côtier et a fourni l'écran anti-sous-marin pour la zone de transport d'Omaha Beach. Le deuxième front établi, Jouett escorté des convois vers et depuis le Firth of Clyde jusqu'au 12 juillet 1944, date à laquelle il a navigué avec un convoi pour l'Algérie.

Le destroyer est arrivé à Oran le 21 juillet pour se préparer à la prochaine grande opération européenne, l'invasion du sud de la France. Au départ de Naples le 14 août, Jouett est arrivé au large de la zone d'assaut de Delta le lendemain et, alors que les troupes débarquaient, a agi en tant que navire de commandement du groupe de contrôle du convoi chargé de l'acheminement et du déchargement en douceur des troupes de soutien. Ce devoir s'est poursuivi jusqu'au 3 septembre, après quoi le navire a opéré une patrouille au départ de Toulon. Début octobre Jouett à vapeur au large du Cap Ferrat, donnant un appui-feu aux troupes américaines dans les combats à terre. Elle a détruit aussi des mines de San Remo le 9 octobre, des ponts détruits et des opérations de dragage de mines Alliées couvertes dans la région.

Jouett appareillé d'Oran le 31 décembre 1944 pour des réparations à Charleston. Après une formation de recyclage dans la baie de Casco en avril, le navire testé au combat a effectué des voyages en convoi vers l'Angleterre et Cuba avant la fin de la guerre le 15 août 1945.


Le navire a été affecté à une patrouille dans la baie du Delaware en avril 1917 et est resté en service jusqu'à ce qu'il quitte New York le 8 août en tant qu'escorte pour cinq navires de troupes à destination de la France. De retour d'Europe, Jouett a repris la patrouille jusqu'à ce qu'elle arrive à New London, Connecticut, le 15 janvier 1918 pour l'expérimentation de dispositifs de détection anti-sous-marins. Achevant ce devoir le 4 juin, le navire a opéré jusqu'à l'armistice avec un groupe anti-sous-marin spécial le long de la côte est des États-Unis.

Après la guerre, Jouett a mené des exercices d'entraînement et des manœuvres de la flotte jusqu'à son entrée dans le Philadelphia Navy Yard le 20 juillet 1919. Il a été désarmé le 24 novembre et est resté inactif jusqu'à ce qu'il soit prêté à la Garde côtière le 23 avril 1924 pour être utilisé comme cotre. Revenu à la Marine le 22 mai 1931, il est vendu à la ferraille à Michael Flynn Inc., Brooklyn, New York.


USS Jouett (DD-41) - Histoire

À la suite d'un entraînement au shakedown qui a duré Jouett en Angleterre et en Irlande, le navire est retourné à Norfolk le 29 avril 1939 et a commencé à opérer en patrouille de neutralité le long des côtes est et du golfe. Elle s'est démarquée de la baie de Pensacola le 15 février 1940 comme l'une des escortes pour Tuscaloosa (CA 37), transportant le président Roosevelt lors d'une croisière dans le golfe de Panama, retournant à Pensacola le 1er mars 1940. Jouett puis mis le cap sur le canal de Panama et le Pacifique, arrivant à Pearl Harbor pour le service le 10 avril 1940.

Le destroyer est resté dans les eaux hawaïennes au cours de l'année suivante, s'exerçant avec les transporteurs essentiels de l'Amérique et perfectionnant ses tactiques. Parti le 18 avril 1941, Jouett accompagné Yorktown (CV 5) à travers le canal vers Cuba, de là à Port-of-Spain, Trinidad, 19 mai. Le navire a ensuite rejoint une force de croiseurs et de destroyers sous le commandement du contre-amiral Jonas H. Ingram chargé de se prémunir contre les attaques de surface ou sous-marines allemandes contre les navires américains. Jouett était à Port of Spain le 7 décembre 1941 lorsque l'attaque japonaise sur Pearl Harbor a amené l'Amérique dans la guerre. Le navire a ensuite commencé des patrouilles anti-sous-marines offensives entre le Brésil et l'Afrique, aidant à maintenir ouvertes les lignes d'approvisionnement océaniques les plus importantes. Elle accompagna les ingénieurs de l'armée sur l'île isolée de l'Ascension le 30 mars 1942, où un aérodrome était détourné du paysage sombre. Jouett convoyé les précieux pétroliers de Trinidad vers le sud au cours des mois qui ont suivi, attaquant souvent des sous-marins avec des grenades sous-marines.

En décembre 1942, le navire retourna à Charleston pour des réparations, mais le 21 janvier 1943, il était de retour dans le port de Natal, au Brésil. Jouett reçu le président Vargas du Brésil le 27 janvier 1943, lui fournissant des quartiers pour lui et son parti lors d'importantes conférences à bord Humbolt (AG 121) avec le président Roosevelt. À la suite des pourparlers, qui ont cimenté les relations entre les pays et prévu une coopération navale plus étroite, le président Vargas a quitté Jouett 29 janvier.

Le destroyer vétéran a repris ses fonctions d'escorte en février et le 14 mai s'est joint à la recherche de U-128 au large de Bahia, au Brésil. L'avion a largué des grenades sous-marines sur le sous-marin et l'a ramené à la surface d'où des tirs de Jouett et Moffett (DD 362) l'envoya au fond. Le destroyer a continué à servir dans la force anti-sous-marine de l'amiral Ingram, maintenant la quatrième flotte, jusqu'à la fin de 1943. Le jour de l'an 1944, il a rejoint Omaha (CL 4) pour la patrouille océanique et les navires ont intercepté le coureur de blocus allemand SS Rio Grande, avec une cargaison vitale de caoutchouc brut. Après que l'équipage eut abandonné le navire, Omaha et Jouett coule le navire allemand. Cette fermeture effective de l'Atlantique Sud aux coureurs de blocus allemands a été démontrée avec encore plus de force le 5 janvier lorsque des avions de patrouille ont signalé un étrange navire s'identifiant comme étant Flordien. Les services de renseignement l'ont cependant identifiée comme un coureur de blocus Burgenland. Avant que les attaques aériennes ne commencent Omaha et Jouett l'a captée au radar et s'est rapprochée. Des charges de sabordage et les coups de feu du croiseur l'ont coulé juste après 1730.

Jouett retourna à Charleston une fois de plus en mars 1944 et s'engagea dans des opérations d'entraînement dans la baie de Casco, dans le Maine, avant de s'embarquer pour l'Angleterre en convoi le 16 mai 1944. Là, il rejoignit un groupe d'appui-feu de réserve pour l'invasion tant attendue de la France. Jouett arrivé au large d'Omaha Beach le 8 juin, escortant des bateaux à vapeur côtiers avec des troupes de soutien embarquées. Elle a repoussé une attaque aérienne ce jour-là et jusqu'au 21 juin a protégé les lourds britanniques pendant le bombardement de rivage et a fourni l'écran anti-sous-marin pour la zone de transport d'Omaha Beach. Le deuxième front établi, Jouett escorté des convois vers et depuis le Firth of Clyde jusqu'au 12 juillet 1944, date à laquelle il a navigué avec un convoi pour l'Algérie.

Le destroyer est arrivé à Oran le 21 juillet pour se préparer à la prochaine grande opération européenne, l'invasion du sud de la France. Départ de Naples le 14 août, Jouett est arrivé au large de la zone d'assaut de Delta le lendemain et. à mesure que les troupes débarquaient, agissait en tant que navire de commandement du groupe de contrôle des convois chargé du bon acheminement et du déchargement des troupes de soutien. Ce devoir s'est poursuivi jusqu'au 3 septembre, après quoi le navire a opéré une patrouille au départ de Toulon. Début octobre Jouett à vapeur au large du cap Ferrat, donnant un appui-feu aux troupes américaines dans les combats acharnés à terre. Elle a détruit aussi des mines de San Remo le 9 octobre, des ponts détruits et a couvert des opérations de dragage de mines Alliées dans la région.

Jouett appareillé d'Oran le 31 décembre 1944 pour des réparations à Charleston. Après une formation de recyclage dans la baie de Casco en avril, le navire testé au combat a effectué des voyages en convoi vers l'Angleterre et Cuba avant la fin de la guerre le 15 août 1945. Il a été désarmé au chantier naval de Philadelphie le 1er novembre 1945 et y a été démoli en 1946.


États-Unis JOUETT

L'USS Jouett a été construit à Bath, Maine en 1936, puis mis en service en janvier 1939 en tant que destroyer de classe Somers. Elle a d'abord participé à des croisières d'essai avant d'être mise en patrouille de neutralité le long du golfe et de la côte est. Jouett a escorté Tuscaloosa, transportant le président Roosevelt, avant de se diriger vers le Pacifique et Pearl Harbor. Une fois arrivé à Pearl Harbor, il y est resté effectuant des exercices et des entraînements tactiques jusqu'à la mi-1941. Ensuite, elle a escorté Yorktown à Cuba, puis à Trinidad, où elle a appris les attaques de Pearl Harbor qui ont déclenché l'implication des États-Unis dans la guerre.

En décembre 1942, il a été envoyé à Charleston pour des réparations et a été rapidement renvoyé au Brésil en janvier 1943. Il a effectué plus de tâches d'escorte et de missions de contrôle jusqu'au début de 1944, notamment en aidant à trouver et à attaquer un navire ennemi qui se faufilait sous le radar. En mars 1944, Jouett est de nouveau renvoyé à Charleston puis dans le Maine pour quelques mois d'exercices d'entraînement avant de reprendre ses fonctions d'escorte pendant la guerre. Elle a été impliquée dans des voyages de convoi et d'escorte jusqu'en août 1945 à la fin de la guerre. En novembre 1945, l'USS Jouett est désarmé avant d'être démoli l'année suivante.


USS Jouett (DD-41) - Histoire

UH-2B (blindé) Kaman Seasprite helo DET 107 Clementine II
USS Jouett (DLG-29)(C) Jour de routine (2) Nuit de combat (B)
4,8 miles au large de la côte nord du Vietnam
Eau : 65⁰ Air : 80⁰ Vent : Mer calme État : 01

Pilote – LTJG C. H. « Skip » Yates III
Co-pilote – LTJG Leonard L. Devries
1er équipage – ADJ-2 George A. Smellie
2e équipage – AE-3 Jeffrey M. Payne

Alerte reçue – 1845 : alarme du navire
Véhicule parti – 1848 : 250°/23 milles
Arrivé sur les lieux – 1902 : aucune recherche requise
Survivant localisé – 1902/1905 : visuel
Commencer la récupération – 1905 : fumigène/survivants MK 30
Récupération terminée – 1904 : RTB
Survivant débarqué – 1929 :

F-4B Phantom 153014 « Sundown-103 » VF-21 (Indépendants) USN
USS Ranger (CVA-61)

LCDR Duke E. Hernandez
Ltjg David J. Lortschey

Au crépuscule, une section de Navy Phantoms a bombardé des grottes de stockage à Ben Thuy, juste au sud de Vinh. Alors que l'avion du leader se retirait de son attaque, il a été touché par des tirs antiaériens. L'aile bâbord a pris feu et le moteur bâbord a dû être arrêté. Le LT Cdr Hernandez a pris la mer, mais en quelques minutes, le moteur tribord a également pris feu. Le système hydraulique est tombé en panne et l'avion est devenu incontrôlable, de sorte que l'équipage s'est éjecté près d'un destroyer SAR à environ 15 milles (A) des côtes. Ils ont été rapidement secourus par un hélicoptère de la Marine. (4)(5)

A 18h45 par l'alarme SAR du navire, l'équipage de l'hélicoptère est alerté d'un avion abattu. 3 minutes plus tard, dirigé par le radariste Glenn R Newson (2), Clementine II est en vol, avec une barre de 250⁰ et 23 milles. 18h40, (9) USS Jouett et USS Buckley (DD-808) changent de cap et de vitesse pour se rapprocher de la zone SAR. Clémentine II survole les sommets des vagues à vitesse maximale, (2) arrivant sur les lieux à 19h02, aucune recherche n'a été nécessaire. Alors que le 7e avion de la flotte tournait au-dessus de la tête et que chaque survivant affichait des signaux de sauvetage, l'équipage de l'hélicoptère les a facilement repérés. Yates radios "Les deux hommes vont bien et dans leurs radeaux de sauvetage." Un bref vol stationnaire le premier pilote accroche le crochet de levage à son anneau en « D » et se trouve à bord de l'hélicoptère. Le membre d'équipage a utilisé la mitrailleuse M-60 pour couler le radeau. 3 minutes plus tard, place au deuxième pilote, il est à bord, l'homme d'équipage tire à nouveau sur le radeau. Mais le copilote observe des éclaboussures dans l'eau, "Hé, regarde ces poissons volants", que Yates a noté comme étant des balles frappant l'eau à environ 30 mètres de l'hélicoptère. L'équipage a arrêté de tirer et a foutu le camp. (6) 19:02 l'hélicoptère de l'USS Jouett a récupéré les deux pilotes abattus. (9) A 19:05, l'hélicoptère quittait les lieux pour revenir à la base, le USS Jouett, 19h20. De retour à la station NSAR, l'USS Jouett et l'USS Buckley reprennent leur patrouille. (9)

Le ramassage rapide était dû à la vitesse de l'hélicoptère, à la connaissance des survivants de l'équipement de survie personnel et des procédures de sauvetage démontrées par les survivants. La réponse rapide du navire et le vecteur exact de la scène ont minimisé le temps requis.(3)

Après son retour aux USA à la fin de sa tournée de combat, David Lortscher s'éjecte d'un autre F-4 près de San Diego le 14 septembre 1970. Il répète la performance le 22 septembre 1971, toujours près de San Diego, lorsque la verrière de son F -4 séparés. David Lortscher est entré dans l'histoire de l'aviation le 15 octobre 1973 lorsqu'il s'est éjecté d'un Phantom pour la quatrième fois, cette fois lors d'un échange avec la Royal Navy. Ce n'était pas non plus la seule éjection du duc Hernandez, car il s'était éjecté d'un fantôme lors d'un raid sur Haiphong le 16 décembre 1967. (5) ( HC-7 sauvetage 15)

Histoire de l'USS Buckley –
Après avoir fait route depuis la baie de Subic, le 18 avril, le navire a retrouvé le navire sur la station SAR sud, cette fois avec l'USS JOUETT et le COMDESRON ONE. Hormis 11 jours d'entretien à Kaoshiung, Taiwan du 21 au 31 mai et quelques jours de transit, DENNIS. J. BUCKLEY et JOUETT ont fumé ensemble pendant 60 jours. Chaque fois que JOUETT et DENNIS J. BUCKLEY n'étaient pas engagés dans une mission de recherche et de sauvetage, ils effectuaient des exercices et maintenaient un état de préparation constant à toute éventualité. Il y a eu de nombreuses fois où les navires ont établi des quartiers généraux dans l'attente d'une attaque aérienne. Des veilles supplémentaires ont été établies lorsque la possibilité d'actions d'hélicoptères hostiles existait. Le navire a quitté la South SAR Station le 23 juin après avoir été relevé par l'USS HANSON (DD-832). (7)

Message confidentiel déclassifié : La récupération réussie de deux aviateurs navals du Ranger Vf-21 est le résultat d'un bon travail d'équipe, d'une préparation et d'une réaction rapide de toutes les unités concernées. L'annonce rapide du pilote du VF-21 lorsqu'il a été touché a donné aux suiveurs de vol JOUETT un avertissement précoce de SAR et a permis à JOUETT d'obtenir une position précise sur l'avion endommagé. La réaction exceptionnelle des avions VF-21, VAW-115 et VA-147 a entraîné une observation précoce des pilotes après leur éjection et jusqu'à ce qu'ils atterrissent dans l'eau. Par la suite, les rapports complets du VA-147 RESCAP ont permis de localiser le membre d'équipage avec précision, l'état de préparation élevé du HC-7 Det 107 a permis à Clementine Two de décoller en trois minutes. La coordination entre tous les participants a permis d'obtenir des vecteurs précis vers l'hélicoptère et un positionnement précis de l'USS Buckley pour la suppression du HIFR ou des tirs. Votre réponse immédiate et votre superbe coordination professionnelle dans cette situation d'urgence ont résulté en un temps total de seulement vingt-neuf minutes entre la réception des dommages et la récupération sur le pont de l'hélicoptère de sauvetage. Toutes les mains ont démontré le plus haut niveau de préparation SAR lorsque cela était nécessaire. BIEN FAIT. GP-4

1) Numérotation selon le journal de sauvetage HC-7 (numéro de sauvetage cumulé)
2) Pacific Stars and Stripes – 9 mai 1968 « Des aviateurs sauvés à mi-cuisse »
3) Rapport de sauvetage HC-7 Dét 107
4) Rapport d'accident non classifié (B-3-49)
5) “Vietnam – Air Losses” Par : Chris Hobson (avec permission)
6) Passer la lettre Yates –
7) USS Buckley – historique du site Web
8) Carte – Google Earth
9) USS Buckley - (DD-808) - Journaux de pont
10) Collection d'histoire HC-7 Ron Milam – Historien

A)- Comme indiqué dans « Air Losses », la position de l'avion abattu était à 15 milles de la côte.
Les données d'avion en panne de W. Howard Plunkett - (LtCol USAF, à la retraite) sont à 14 milles au large de la côte.
Environ. calcul à partir des journaux de bord de l'USS Buckley .. positions des avions abattus à 7 milles au large de la côte (illustré)
Passer la lettre de Yates, "½ mile de la plage près de Hour Glass, (Than Hoa)"
B) Les calculs du coucher du soleil le 28 avril 1968 étaient à 18h14… le vol était de 18h45 à 19h29 et avec la notation "Flying Fish" ont reclassé ce sauvetage comme – Combat Night.
C) Aucun journal de pont n'était disponible pour l'USS Jouett (DLG-29)
D) Aucune entrée de journal de pont – USS Ranger (CVA-61)

(Compilé / écrit par: Ron Milam, HC-7 Historien – HC-7, 2-1969 à 7-1970, Det 108 & 113)


Samuel Lee Gravely (1922-2004)

Samuel Lee Gravely Jr. était un officier de la Marine hautement décoré qui a ouvert la voie avec une multitude de premières pour les Afro-Américains dans l'armée. Certaines de ses réalisations les plus notables ont été d'être le premier vice-amiral de la marine afro-américaine, le premier Afro-Américain à commander un navire de guerre de la Marine, le premier Afro-Américain à commander un navire de guerre pendant le combat, le premier Afro-Américain à commander une flotte de la Marine, et le premier Afro-américain pour obtenir le grade de drapeau dans l'armée. Ses décorations comprennent l'étoile de bronze, la légion du mérite, la médaille d'honneur de la marine et la médaille du service méritoire.

Samuel Gravely est né à Richmond, en Virginie, le 4 juin 1922. Il a fréquenté la Virginia Union University pendant trois ans, où il a été membre d'Alpha Phi Alpha, la première fraternité intercollégiale créée pour les Afro-Américains en 1906. Reportant ses études, il s'est enrôlé dans la Réserve navale en 1942 où il suit une formation d'apprenti pompier.

En décembre 1944, Samuel Gravely reçut la commission d'enseigne après avoir terminé avec succès une formation rigoureuse d'aspirant de marine connue sous le nom de programme V-12. Au cours de sa formation d'officier, il a fréquenté l'Université de Californie à Los Angeles, l'école Pre-Midshipman du New Jersey et l'école Midshipman de l'Université de Columbia (New York). Le jour de l'obtention de son diplôme, il est devenu le premier Afro-Américain à être nommé officier de réserve navale.

Pour sa première affectation, l'officier Gravely était stationné au Camp Robert Smalls, dans l'Illinois, où il occupait le poste de commandant adjoint du bataillon pour les nouvelles recrues. Peu de temps après, à partir de 1945, il sert à bord de l'USS PC-1264, un chasseur de sous-marins isolé. En avril 1946, il a été libéré du service actif, période au cours de laquelle il est rentré chez lui à Richmond, recommençant ses études à la Virginia Union University. En 1948, il termine ses études de premier cycle et obtient un baccalauréat en histoire.

Le 26 juillet 1948, le président Harry S. Truman a publié le décret 9981, désagrégeant l'armée américaine. En conséquence, l'année suivante, l'officier Gravely a été rappelé au service actif et a été affecté en tant que recruteur. Stationné à Washington, D.C., il a recruté parmi la communauté afro-américaine locale. Après son affectation en tant que recruteur, l'officier Gravely a été stationné à bord du cuirassé Iowa puis du croiseur Toledo où il a servi comme officier de communication pendant la guerre de Corée.

En 1955, l'officier Gravely est transféré de la Réserve navale à la Marine régulière. En 1962, il a été promu commandant du navire américain USS Falgout (DER-324), qui patrouillait la barrière du Pacifique entre les îles Aléoutiennes et Midway. En mai 1970, Samuel Gravely est devenu commandant de l'USS Jouett (DLG-29), qui est resté actif tout au long de la guerre du Vietnam. Alors qu'il servait en tant que commandant à bord de l'USS Jouett, en juillet 1971, le capitaine Gravely a été élevé au rang de contre-amiral.

En septembre 1976, le vice-amiral Gravely fut de nouveau promu, cette fois par le président Richard Nixon, pour prendre le contrôle de l'ensemble de la troisième flotte. En tant que commandant de la troisième flotte, il supervisait toutes les opérations sur 100 navires de la Marine et commandait 60 000 marins et marines stationnés à Pearl Harbor, à Hawaï.

Pour sa dernière période de service, commençant en 1978, jusqu'à sa retraite en 1980, le vice-amiral Gravely a été directeur de la Defense Communications Agency. En tant que directeur, il supervisait le réseau de communication reliant Washington, D.C. avec les bases alliées à travers le monde. Au total, le vice-amiral Gravely a servi 38 ans dans la marine. Prévu pour livraison en 2008, le destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke DDG-107 a été nommé en son honneur.

Le vice-amiral Samuel Lee Gravely est décédé le 22 octobre 2004 au National Naval Center de Bethesda, dans le Maryland, des suites d'un accident vasculaire cérébral.


USS Fox DLG/CG-33

Les USS Fox (DLG-33) était un Belknap -classe croiseur de la marine des États-Unis, nommé d'après Gustavus V. Fox, secrétaire adjoint de la marine du président Abraham Lincoln. La quille du DLG-33 a été authentifiée et posée lors de cérémonies à Todd Shipyards Corporation, à San Pedro, en Californie, le 15 janvier 1963.

Le RADM Frank Virden, alors commandant de la Force Cruiser-Destroyer, US Pacific Fleet, a présidé les cérémonies pour le navire sans nom. Les cérémonies de baptême et de lancement ont eu lieu le 21 novembre 1964. Renard est entré dans le service naval en tant que frégate de missiles guidés (DLG) le 28 mai 1966 lorsqu'il a été mis en service au chantier naval de Long Beach sous la direction de son premier commandant, le CAPT Robert O. Welander.

Renard a ensuite transité vers son port d'attache de San Diego le 6 octobre 1966 et est devenu le premier navire de la flotte du Pacifique capable de lancer à la fois des fusées anti-sous-marines (ASROC) et des missiles guidés sol-air à partir du même système de lancement.

L'U.S.S. Fox, en tant que DLG-33, n'a pas perdu de temps à se distinguer. Participant au soutien de la constitution de troupes à grande échelle au Vietnam et à l'augmentation conséquente des opérations aériennes, sa technologie à l'époque était formidable. Ses actions comprenaient non seulement le soutien aux opérations à terre du conflit vietnamien dans le Pacifique occidental, mais elle l'a fait à son lieu d'affectation principal au large des côtes du nord du Vietnam en tant que navire de recherche et de sauvetage du nord contrôlant les avions de combat lancés par des porte-avions à PIRAZ. Dans un jour normal, Renard suivi l'activité de 200 missions de la Marine et de l'Armée de l'Air. En particulier, le 23 octobre 1967, un Renard contrôleur aérien a dirigé deux chasseurs F-4 du porte-avions USS Constellation pour intercepter la mort subséquente d'un avion MIG-21 nord-vietnamien au-dessus de Hanoï. C'était la première fois pendant la guerre du Vietnam qu'un contrôleur à bord d'un navire dirigeait une interception qui a entraîné l'abattage d'un avion ennemi. Pour une telle galanterie, Renard a reçu la mention élogieuse de l'unité méritoire gracieusement acceptée par son commandant de l'époque : le capitaine R.O. Whelander. Au cours de cette période intense, son personnel de communication, sous la direction de la RMCS Haber, était si bien entraîné qu'il a pu maintenir le trafic radio de toute une flottille sans perdre un message. Au cours de son déploiement en 1968, son officier des communications (chef de division OC) était LT. Robert Woodward. Woodward travaillera plus tard pour le Washington Post et, en équipe avec Burnstein, a enquêté sur le désormais tristement célèbre effraction du bureau du Watergate qui a conduit à la démission du président Richard Nixon.

Ces premières années ont continué d'être marquées par des performances et un équilibre exemplaires. A noter en particulier en 1972, Renard était la plate-forme en mer à l'appui du projet CNO DV-98 LAMPS. Une telle prouesse a recueilli Renard la distinction enviable et l'attribution d'un GOLD "E" d'efficacité du département des opérations pour cinq années consécutives de préparation opérationnelle.

Renard était à l'origine classée comme frégate lance-missiles avec ses navires jumeaux : l'USS Josèphe Daniels , USS Wainwright , USS Jouett , USS Horne , USS Sterett , USS William H. Standley et USS Biddle . Ils ont été financés par le Congrès pendant les exercices 61 et 62 en tant que combattants de la « classe Belknap » à une époque où la nomenclature des « croiseurs » était interdite. Conçu comme une plate-forme de missiles guidés "à une seule extrémité" conçue pour filtrer les porte-avions et fournir un soutien aérien de combat.

L'USS Belknap a été gravement endommagé lors d'une collision avec le porte-avions USS John F. Kennedy (CV-67) en mer Ionienne le 22 novembre 1975. Entre-temps, le 30 juin 1975, Renard , avec ses navires jumeaux dans le "nouveau" Josèphe Daniels classe, ont été reclassés comme un croiseur lance-missiles (CG). L'armement d'origine comprenait des missiles guidés anti-sous-marins (ASROC) et anti-aériens (TERRIER). De tels systèmes pourraient automatiquement localiser, suivre et engager l'ennemi à des distances extrêmement longues. En plus d'un canon de calibre 5 pouces/54 et de deux lance-torpilles MK32 Sonar AN/SQS-26 Radar tridimensionnel AN/SPS-48 Radar bidimensionnel AN/SPS-40 NTDS (plus tard CDS) traitement informatique et diffusion des informations tactiques des systèmes de données d'information, d'autres équipements ont été ajoutés, notamment des lanceurs de missiles surface-surface HARPOON à quatre cartouches et le système d'armes rapproché Vulcan Phalanx. Lors de sa dernière révision du chantier naval en 1989, Renard a reçu le système de combat New Threat Upgrade (NTU) qui a considérablement amélioré son potentiel de combat déjà impressionnant.

Renard' sa première visite en mer Rouge a eu lieu en mars 1976. Son premier déploiement dans le golfe Persique a eu lieu en novembre 1980. Ses réalisations et ses mérites sont longs et méritoires. Les conflits Iran-lraq des années 1980 ont rendu nécessaire Renard pour escorter des pétroliers battant pavillon américain à travers des zones telles que le détroit d'Ormuz de la mer d'Oman. Son déploiement en 1987 comprenait cette mission qui lui a valu Renard sa deuxième Mention élogieuse d'unité méritoire.

Lors d'un transit du détroit d'Ormuz en 1993, Renard a été approché par un navire de la côte iranienne. Le navire a été identifié comme étant une ancienne offre d'eau. C'était une journée brumeuse, mais plusieurs petits contacts radar se sont séparés du navire et se sont approchés Renard . Il s'agissait de petits bateaux avec deux individus chacun. ils ont encerclé Renard et retourna au vaisseau-mère. L'équipage du Fox n'a pris aucune mesure, conformément aux règles d'engagement. L'incident ressemble quelque peu à l'attaque ultérieure contre l'USS Cole et pourrait être interprété comme une "répétition générale".

Entre 1966 et 1993, Renard avait effectué 15 déploiements dans des zones de conflit. Les récompenses supplémentaires pour service et bravoure comprennent trois rubans de bataille "E", deux médailles expéditionnaires de la Marine pour les services dans l'océan Indien / golfe Persique, deux médailles de service de la défense nationale, la médaille de service du Vietnam (avec deux étoiles de bronze), la médaille de service de l'Asie du Sud-Ouest (avec étoile de bronze), les rubans de déploiement du service maritime et la médaille de la campagne de la République du Vietnam.

Fox a conclu sa dernière croisière outre-mer vers la fin de 1993 et ​​a immédiatement commencé les préparatifs d'inactivation. Désarmé à la mi-avril 1994, il est vendu à la casse en 1995

Gustave Vasa Renard (13 juin 1821–29 octobre 1883) était un officier de la marine des États-Unis, qui a servi pendant la guerre américano-mexicaine, et comme secrétaire adjoint de la marine pendant la guerre civile.

Né à Saugus, Massachusetts , et étudiant à la Phillips Academy , Andover, Massachusetts (1835), Fox est nommé aspirant de marine le 12 janvier 1838. Pendant la guerre américano-mexicaine , il sert dans le brick Washington dans l'escadre du commodore Matthew Perry et prit une part active à la deuxième expédition contre Tabasco, au Mexique, du 14 au 16 janvier 1847, qui aboutit à la prise de cette ville. Il commandait plusieurs vapeurs postaux et, après sa démission le 30 juillet 1856, s'engagea dans la fabrication d'étoffes en laine.

Au début de la guerre de Sécession, il s'est porté volontaire pour le service. Il a reçu une nomination temporaire dans la marine et a été envoyé dans le vapeur baltique au soulagement du major Robert Anderson et du reste de son commandement à Fort Sumter, et les a emmenés.

Le 1er août 1861, le président Abraham Lincoln le nomma sous-secrétaire à la Marine sous le secrétaire Gideon Welles, fonction qu'il occupa jusqu'à la fin de la guerre de Sécession. In 1866, he was sent on a special mission to Russia and conveyed the congratulations of the President of the United States to Tzar Alexander II upon his escape from assassination. His voyage was made in the monitor Miantonomoh which was the first vessel of this class to cross the Atlantic. They were accompanied by Augusta .

In 1882 he published a paper suggesting Samana Cay in the Bahamas to be Guanahani , or San Salvador, the first island Christopher Columbus reached at his discovery of the Americas . Little attention was paid to it until 1986, when the National Geographic Society also appointed Samana Cay to be San Salvador.

He died at Lowell, Massachusetts , aged 62.

Three ships of the US Navy have been named USS Renard in his memory.


USS Jouett (DD-41) - History


USS Horne CG-30/DLG-30
America's Finest Cruiser

On September 27, 2004, I was fortunate to accompany a group of volunteers led by Mr. Peter Papadakos, who were given permission to visit Horne, Jouett, Sterett and Fox as they work to restore USS Joseph P. Kennedy at Battleship Cove. Horne, Jouett, Sterett and Fox were the last Belknap Class Cruisers remaining at Suisun Bay's Mothball Fleet. The other Suisun Bay cruisers (Gridley, England, Halsey, Standley) had already been sent to that big battle group in the sky. WARNING! These images may be troubling to those who wish to remember Horne as a mighty warship. But if you want to take a look at the lady during her last days before she was sunk in 2008, scroll down.

In the photo above, taken 9/27/04, you see a small tug. C'est le USS Hoga, a very famous tug boat which performed valiantly in Pearl Harbor on December 7th, 1941. The Hoga was tied up to the aft section of Jouett, (CG-29). Jouett was tied up to the starboard side of Horne. Horne's bow and twin launcher are visible in the photo. Horne was tied up to the port side of Sterett (CG-31) which was tied up to the starboard side of Fox (CG-33). Fox is hidden in this shot but she's there. Realizing that time was running out to pay one last visit to Horne, I requested and was granted permission to accompany Mr. Papadakos and his group on their visit to Suisun Bay.
I took more than 100 photos throughout Horne.

SPECIAL THANKS TO MR. PAPADAKOS AND HIS TEAM
FOR MAKING MY VISIT POSSIBLE.

CLICK ON IMAGES BELOW FOR DETAIL


MAIN CONTROL
EEOW CHAIR

MAIN CONTROL

1 ENGINE MAIN
REDUCTION GEAR

#1 ELECTRICAL
SWITCHBOARD

#1 FIRE LOWER LEVEL

#1 FIRE

#1 FIRE

#1 FIRE ESCAPE TRUNK

#2 ENGINE

#2 ENGINE MAIN
REDUCTION GEAR

#2 ELECTRICAL
SWITCHBOARD

LAST STEAMING DATE
#2 SWITCHBOARD

#2 FIRE

#2 FIRE

#2 FIRE

#2 FIRE UPPER LEVEL

#2 FIRE BOARD

THE LAST "B" DIV

1 EMERGENCY
GAS TURBINE

1 EMERGENCY
SWITCHBOARD

2 EMERGENCY
DIESEL

2 EMERGENCY
DIESEL

A&E LOCKERS
STUMPF & JOHNSON

A&E LOCKERS
JONES, LEZA, SCOTT

MY RACK (BOTTOM)
A&E BERTHING

A&E BERTHING

SUPPLY BERTHING

CAPTAIN IN PORT
SEA CABIN

ADMIRAL'S CONF.
ROOM/CLASS ROOM

AFTER STEERING

AFTER STEERING
A-GANG OFFICE

STEERING GEAR

TRICK WHEEL
STEERING UNIT

BARBER SHOP

BOS'N LOCKER

BOS'N LOCKER

BRIDGE

BRIDGE 1MC

CHIEF'S MESS

COMBAT INFORMATION
CENTER

COMBAT INFORMATION
CENTER

COMBAT INFORMATION
CENTER

NC2 PLOTTER
C.I.C.

DRAI
CHARTROOM

DAMAGE CONTROL
CENTRAL

EM SHOP

IC SHOP

HAPPY NEAR YEAR!
1984

FWD IC SWBD

FWD IC SWBD
DESERT STORM

FWD IC SWBD

LAUNDRY

LAUNDRY

MESS DECKS

MESS DECKS

GALLEY

SERVER LINE

SERVER LINE

MISSILE HOUSE

MISSILE DIR.
EQUIP. ROOM

MISSILE HOUSE

MISSILE LOADER

INSIDE THE MISSILE
MAGAZINE

MISSILE RAIL
(DE MILITARIZED)

MOUNT 51 CONSOLE

MOUNT 51 CARRIER
ROOM

MOUNT 51
CLEANER OUTER

INSIDE MOUNT 51

INSIDE MOUNT 51

MOUNT 51 OFFICE

MOUNT 51
POWDER MAG

MOUNT 51
POWDER MAG

MOUNT 51

SMALL ARMS
LOCKER

RADIO

RADIO

RADIO CAGE

SQUADRON
STATEROOM

HORNE OVER
STERETT

MISSILE DIRECTORS

BITS OR CHALKS?

STERN
CLICK TO SEE 30

FO'C'SLE

STBD BRIDGE WING

SIGNAL SHACK

FLAG LOCKER

PORT DAVIT

FAN TAIL

FLIGHT DECK

VALVE MAINTAINENCE

MOUNT 51
NOTE BARREL CUT OFF

MOUNT 51
INSIDE BARREL

P-WAY

VICTORY SHIPS

PHOTO TAKEN NIGHT
BEFORE HORNE VISIT


This site was created by Joe Westerberg, former IC1 (SW) on Horne 89-91.


Contenu

The ship was 223 feet (68 m) long overall, had a beam of 43 feet 4 inches (13.2 m) and had a maximum draft of 13 feet 6 inches (4.1 m). Tecumseh had a tonnage of 1,034 tons burthen and displaced 2,100 long tons (2,100 t). [2] Her crew consisted of 100 officers and enlisted men. [3]

Tecumseh was powered by a two-cylinder horizontal vibrating-lever steam engine [2] that drove one propeller using steam generated by two Stimers horizontal fire-tube boilers. [4] The 320-indicated-horsepower (240 kW) engine gave the ship a top speed of 8 knots (15 km/h 9.2 mph). She carried 140–150 long tons (140–150 t) of coal. [3] Tecumseh ' s main armament consisted of two smoothbore, muzzle-loading, 15-inch (381 mm) Dahlgren guns mounted in a single gun turret. [2] Each gun weighed approximately 43,000 pounds (20,000 kg). They could fire a 350-pound (158.8 kg) shell up to a range of 2,100 yards (1,900 m) at an elevation of +7°. [5]

The exposed sides of the hull were protected by five layers of 1-inch (25 mm) wrought iron plates, backed by wood. The armor of the gun turret and the pilot house consisted of ten layers of one-inch plates. The ship's deck was protected by armor 1.5 inches (38 mm) thick. A 5-by-15-inch (130 by 380 mm) soft iron band was fitted around the base of the turret to prevent shells and fragments from jamming the turret as had happened to the older Passaic-class monitors during the First Battle of Charleston Harbor in April 1863. [4] The base of the funnel (ship) was protected to a height of 6 feet (1.8 m) by 8 inches (200 mm) of armor. A "rifle screen" of 1 ⁄ 2 -inch (13 mm) armor 3 feet (0.9 m) high was installed on the top of the turret to protected the crew against Confederate snipers based on a suggestion by Commander Tunis A. M. Craven. [6]

The contract for Tecumseh, named after the Indian chief, [7] was awarded to Charles Secor & Co. the ship was laid down in 1862 [3] by the primary subcontractor Joseph Colwell at his Jersey City, New Jersey shipyard. [8] She was launched on 12 September 1863 and commissioned on 19 April 1864 with Craven in command. [7] The ship's construction was delayed by multiple changes ordered while she was being built that reflected battle experience with earlier monitors. This included the rebuilding of the turrets and pilot houses to increase their armor thickness from 8 inches (203 mm) to 10 inches and to replace the bolts that secured their armor plates together with rivets to prevent them from being knocked loose by the shock of impact from shells striking the turret. Other changes included deepening the hull by 18 inches (457 mm) to increase the ship's buoyancy, moving the position of the turret to balance the ship's trim and replacing all of the ship's deck armor. [9]

After commissioning, the ship was ordered to join the North Atlantic Blockading Squadron at Newport News and arrived there on 28 April. Tecumseh was ordered to protect the transports conveying Major General Benjamin Butler's Army of the James up the James River at the beginning of the Bermuda Hundred Campaign on 4 May. [10] To prevent Confederate warships from coming down from the James, the Union forces blocked the channel in mid-June 1864. Tecumseh sank four hulks and a schooner and laid several boom across the river as part of this effort. On 21 June, Commander Craven spotted a line of breastworks that the enemy was building at Howlett's Farm and the ship opened fire at the workers. The Confederates replied with a battery of four guns near the breastworks and her sisters Canonicus et Saugus joined in the bombardment. A half-hour later, Confederate ships near Dutch Gap joined in, but their fire was ineffective because they were firing blindly at the Union monitors. During the engagement, Tecumseh fired forty-six 15-inch shells and was not hit by any Confederate shells. Craven claimed the destruction of one gun emplacement. [7]

Two days after the battle, Tecumseh sailed down the James for Norfolk, but ran aground en route when her wire steering ropes broke after having been burned halfway through by the heat of her boilers. She was refloated four hours later and spend a week in Norfolk making repairs and taking on supplies. [11] On 5 July, the ship got underway for Pensacola, Florida to join the West Gulf Blockading Squadron, towed by the side-wheel gunboats Augusta et Eutaw. The ship's engine had overheated en route and required a week's repairs at Port Royal, South Carolina and Augusta had to turn back with engine problems, but Eutaw et Tecumseh arrived in Pensacola on 28 July. Towed by the side-wheel gunboat Bienville, the monitor arrived off Mobile Bay on the evening of 4 August. [12]

Farragut briefed Craven on his ship's intended role in the battle. She and her sister Manhattan were to keep the ironclad ram CSS Tennessee away from the vulnerable wooden ships while they were passing Fort Morgan and then sink her. The river monitors Winnebago et Chickasaw were to engage the fort until all of the wooden ships had passed. The four monitors would form the starboard column of ships, closest to Fort Morgan, with Tecumseh in the lead, [13] while the wooden ships formed a separate column to port. The eastern side of the channel closest to Fort Morgan was free of obstacles, but "torpedoes" were known to be present west of a prominent black buoy in the channel. [13] [14]

At 06:47 Tecumseh opened fire [15] on Ft. Morgan's lighthouse to test her guns. The Confederates held their fire until 07:05 when they began to shoot at the ships in both columns. By this time the Confederate ships had positioned themselves across the mouth of the channel, with Tennessee facing the unprotected side, and they started shooting as well. By 07:30 Tecumseh was about 600 yards (550 m) away from Tennessee and Craven did not think that he could intercept the Confederate ironclad before Hartford entered the channel unless he passed through the field of "torpedoes", as mines were called at the time, because of his ship's poor maneuverability. He ordered the pilot to steer directly for Tennessee. Ten minutes later, Tecumseh struck a "torpedo" [16] 100 yards from the Tennessee [13] and sank in less than 30 seconds. [7] Craven and the pilot, John Collins, arrived at the foot of the ladder leading to the main deck simultaneously with water up to their waists. Craven stepped back, saying "After you, pilot", [17] but was unable to follow him to safety before the monitor capsized. Including Craven, 94 of the crew went down with the ship. [18] Commander James Jouett of the gunboat Metacomet dispatched a boat commanded by Acting Ensign Henry C. Nields to rescue any survivors. They successfully rescued ten men, including the pilot, and delivered them to Winnebago. [19] Seven other survivors reached one of Tecumseh ' s boats and four other men swam ashore and were captured. [18]

The ship capsized as she sank and rests upside down in 30 feet (9.1 m) of water some 300 yards (270 m) northwest of Fort Morgan. On 3 August 1873, salvage rights for the wreck of Tecumseh were sold by the Department of the Treasury to James E. Slaughter for $50. After the purchase, Slaughter announced that he intended to use explosives to blast the wreck into salvageable pieces. In 1876, the relatives of the men lost on Tecumseh petitioned Congress to stop the salvage. Congress quickly passed Joint Resolution No. 23 on 15 August directing the Secretary of the Treasury to return the $50 to Slaughter, with 6% interest. The Secretary of the Navy was to assume control of the wreck and was empowered to protect Tecumseh. Congress stipulated that any salvage efforts must provide for the proper removal and burial of the vessel's dead crewmen. [20]

In the mid-1960s, the Smithsonian Institution formed the Tecumseh Project Team, which was intended to raise the ship as the centerpiece of a planned National Armed Forces Museum Park in Washington, D. C. The team found the wreck in February 1967, capsized and buried just off Fort Morgan, but the primary donor was forced to rescind the funding, so the project was suspended. [21] "In a 1993 survey, archaeologists from East Carolina University reported the hull to be covered by a calcareous crust with only nominal surface deterioration present." [22]

In 1974, Jack Friend – a Mobile naval historian – was commissioned to examine the feasibility of raising Tecumseh and concluded that it would cost an estimated $10 million. More modern estimates have determined a salvage and conservation cost of $80 million. [23] Divers from the Smithsonian Institution recovered an anchor, dishes from the ship's dining hall and a variety of other artifacts during their 1967 expedition. [24] Tecumseh′s engine room gong was also removed and is currently on display at the Hampton Roads Naval Museum. The wreck site is marked and under United States Coast Guard surveillance pending continued preservation efforts. [25] She is considered a war grave and may not be disturbed without permission of the United States Secretary of the Navy. [26]


Voir la vidéo: Life Aboard A Warship